mercredi 26 octobre 2011

[Track of The Day] Cheveu - Bonne nuit chéri

'1000'. Encore un album que j'aurais du chroniquer depuis des semaines. Des mois même (il est sorti en janvier dernier).
J'ai souvent ce problème. Et cette année ne fait pas exception: quand je découvre un disque qui me fout une baffe en plein dans les gencives, soit j'en parle tout de suite, soit j'attends de trouver l'inspiration pour en parler le mieux possible.

Pour ce second album des bordelais de Cheveu, '1000' (à qui on accole parfois en toutes lettres Mille pour je ne sais quelle raison), je comptais en parler en long, en large et en travers. J'ai pensé à des intros, à des idées comme ça. Des comparaisons. J'en ai même jeté sur le papier, pour voir. Me lancer. Et puis non.

Et pourtant '1000' m'aura accompagné tout au long de cette année 2011. Mais impossible d'arriver à formuler réellement ce que cet album m'apportait et pourquoi il me plaisait autant.

Pour son rock/punk tortueux, débridé, noisy, hurleur où viennent se mêler violons et autres claviers cheap? Pour son côté j'm'en foutiste qui se dégage de chacune des compositions? Pour son énergie communicative? Pour sa concision (même pas 35 mns)? Pour mettre une chanson aussi parfaite que Bonne nuit chéri (en écoute aujourd'hui) en toute fin d'album? Surement un peu tout ça pour ainsi dire.

Ce qui est sur en tout cas c'est que ce disque allumé (et français mon ptit monsieur) est un album on ne peut plus sidérant. Et épatant.

Album: 1000
Année: 2011
Label: Born Bad



Pour en savoir plus sur '1000', je ne saurais que trop vous conseiller la lecture du billet de Thomas sur le Golb ou celle, concise et précise du Mmarsupilami.


Trois clips pour finir: celui de Charlie Sheen, tube noisy platine, No Birds aux violons déglingués et les Quattro Stagioni, version Cheveu :







mardi 25 octobre 2011

[Track of The Day] Kwoon - The Last Trip Of A Drunken Man

Deuxième étape de cette french week débutée hier avec 'Hum' des Cornflakes Heroes, avec Kwoon.
Kwoon. Voilà un groupe bien mystérieux et auteur d'un grand émoi musical chez moi avec leur 'Tales and Dreams' qui portait bien son nom. Mystérieux quant à la personnalité de Sandy, le chef de file de l'histoire, qui met en avant sa musique plutôt que lui même ou des membres de son groupe.
Mystérieux aussi quant au fait que le groupe malgré de bien beaux efforts ('Tales and Dreams' donc mais aussi le tout aussi sublime 'When The Flowers Were Singing…') continue d'auto-produire ses albums. Choix personnel? Incapacité d'un label digne de ce nom d'offrir à ce groupe une visibilité plus forte? Nul ne le sait.

Deux ans après son dernier album, Kwoon revient avec 'The Guillotine Show Ep', un Ep qui voit Kwoon continuer à tracer sa route, surement mais simplement. S'éloignant peu à peu du post-rock/ambiant qui les a fait connaitre. alternant chanson qui est leur marque de fabrique (The Last Trip Of A Drunken Man est à ce titre là un régal) et chansons plus nerveuses (Emily Was a Queen, The Guillotine Show), Kwoon confirme une nouvelle fois tout le talent qui vit dans ses mains.

Cerise sur le gâteau, le groupe propose une relecture acoustique de son «tube» I Lived On The Moon. Et prouve par la même qu'elle est une grande chanson (en plus d'avoir un clip délicieux)

Kwoon reste encore aujourd'hui le secret le mieux gardé de France. Il serait temps que l'on s'en rende compte et que le public lui tresse les lauriers du succès qu'il mérite. Car cet Ep est une nouvelle fois divin.

Album: The Guillotine Show Ep
Année: 2011
Label: -


Vous pouvez vous procurer 'The Guillotine Show' sur le site officiel de Kwoon.


En plus de The Last Trip Of A Drunken Man, deux chansons à déguster. Emily Was a Queen et Bird, à la construction Kwoon-ienne mais au résultat toujours aussi brillant:



lundi 24 octobre 2011

[Track of The Day] Cornflakes Heroes - Road Sign

'Hum' est un album que je me suis promis de chroniquer depuis… uhm… 3 et 4 qui font 7, je divise par 6, j'ajoute le nombre de fautes néo-zélandaises non sanctionnées dimanche matin… je dirais bien 6 mois. Enfin depuis la sortie du disque en gros, le 13 mai dernier. Bref.

Je prends enfin le temps d'en parler.
Un, parce que j'aime les Cornflakes Heroes, un de ces groupes honteusement ignoré et/ou mésestimé alors qu'il est un des plus intéressants groupe français qui soit.

Deux parce que ce troisième album des Cornflakes Heroes me plait beaucoup. Dans une veine plus pop, mais sans se départir des guitares sonnantes qui faisaient le sel de leurs deux premiers disques, 'Hum' met du temps à se révéler mais s'avère vite irrésistible. Le coeur du disque est à ce propos un vrai bonheur avec un enchainement In My Rags, Ecstatic Peace, Road Sign et Your Eyelids are Waterproof vaut vraiment le détour. 38 minutes, 11 titres, ceci est plus que du bel ouvrage. Et une nouvelle réussite de Greed Recordings, label aux choix artistiques brillants et constants.

Enfin, troisième raison pour parler des Cornflakes Heroes c'est qu'I Left Without My Hat démarre une semaine "française". Enfin "french" plutôt. Une sélection de cinq groupes, aux univers divers et chantant en anglais. Et que je ne voyais pas meilleur groupe que les Cornflakes Heroes pour ouvrir cette french week.

Album: Hum
Année: 2011
Label: Greed Recordings


Vous pouvez vous procurer ce 'Hum' des Cornflakes Heroes sur le bandcamp officiel de Greed Recordings. Et pour 9€ seulement !


Pour compléter ce petit laïus et Road Sign en écoute, le clip de Ecstatic Peace :


jeudi 20 octobre 2011

[Track of The Day] Damien Rice - One (U2 cover)

Q Magazine, mensuel britannique aux gouts aussi douteux que parfois étonnants, a annoncé il y a quelques semaines de cela qu'il allait sortir une compilation de reprises de U2 à l'occasion des 20 ans d''Achtung Baby', disque encensé s'il en est mais qui ne m'a jamais renversé. Un disque de covers au nom alambiqué, 'AHK-toong BAY-bi Covered'. Mais soit.

Jack White, Depeche Mode, Garbage, Nine Inch Nails, Patti Smith et Damien Rice devaient être de la partie. Soit encore.

Ce dernier devait reprendre, je vous le donne en mille, One, la très belle chanson de U2. Pourquoi pas. Mais il faut avouer que dans le genre cliché, on ne fait pas mieux. Damien Rice qui cover One, c'est The Tallest Man on Earth qui reprend Dylan.

Sauf que. Car oui il y a un sauf que, Damien Rice, plein de talent qu'il est, remporte tous les suffrages avec cette reprise de One. Alors certes, ça reste dans la veine de l'originale, mais en plus sombre et le père Damien ne s'autorisant aucun éclat de voix comme se le permettait Bono à l'époque.

Une reprise qui ne fera pas pleurer dans les chaumières, contrairement à ce que devait penser la rédaction de Q, mais une chanson qui prouve que Damien Rice reste un artiste de haute tenue.

Album: AHK-toong BAY-bi Covered
Année: 2011
Label: Q Magazine

mercredi 19 octobre 2011

[Track of The Day] Pete and The Pirates - Washing Powder

Pete and The Pirates ou l'une des chouettes découvertes de l'année. Passé complètement à côté de leur premier album 'Little Death' en 2008, je rattrape mon retard avec la sortie de 'One Thousand Pictures'.

Quintet originaire de Reading en Angleterre, Pete and The Pirates aime les guitares et jouer avec. Ne lésinant pas sur les mélodies, ne tombant jamais dans la facilité, le groupe me fait penser à la version anglaise - et plus pop - de Tapes'n'Tapes (dont il était question dans ces pages lundi) ou The Apparitions. Il y a bien sûr la voix qui me fait faire ce rapprochement, mais également l'ambition artistique.

Ce qui est toutefois sûr, c'est que Pete and The Pirates balance avec 'One Thousand Pictures' un album solide à défaut d'être renversant sur lequel il n'est pas rare de tomber nez à nez avec un tube potentiel (Come to the Bar, Washing Power, Can't Fish).

Album: One Thousand Pictures
Année: 2011
Label: Stolen


Autre chanson aussi à découvrir, Come to the Bar, premier single de ce 'One Thousand Pictures' :



Et pour finir, un clip de ce nouvel album de Pete and The Pirates, celui de Half Moon Street. Il est à noter que bien d'autres clips de ce 'One Thousand Pictures' sont disponibles sur la page youtube du groupe.





mardi 18 octobre 2011

[Track of The Day] The Roots - Make My (feat. Big K.R.I.T.)

L'homme au meilleur pseudo qui soit, ?uestlove, vient de l'annoncer: The Roots seront de retour en décembre prochain. Toujours chez Def Jam.
Cette fois le groupe la joue dans le concept album avec 'undun', un disque qui racontera l'histoire de Redford Stephens, un homme qui est devenu criminel sans y être destiné, et qui est mort en 1999.

Pour bien faire les choses, l'annonce de ce nouvel album des Roots est suivie d'un premier extrait, Make My, où vient officier Big K.R.I.T., rappeur et producteur ami de label. Une chanson très soulful, apaisée et pleine de groove, dans la veine de certaines des chansons de leur 'How I Got Over' de l'an passé.

Car oui, les Roots sont de plus en plus prolifiques.

Album: undun
Année: 2011
Label: Def Jam

lundi 17 octobre 2011

[Track of The Day] Tapes 'n Tapes - Badaboom

'Funeral' d'Arcade Fire. Puis le premier Clap Your Hands Say Yeah. Les deux exemples les plus marquants d'une époque désormais révolue où Pitchfork (qui s'appelait encore pitchforkmedia) faisait la pluie et le beau temps dans le monde de l'indie music. Et qui, par une chronique, arrivait à faire d'albums et de groupes talentueux mais à la visibilité réduite des succès indéniables.

Sans avoir connu le succès des deux groupes précités, les américains de Tapes 'n Tapes ont su profiter de la force de frappe du site référent américain avec leur premier album 'The Loon'. Sorti sur le propre label du groupe, Ibid Records, en 2005, cet album se verra rééditer l'année suivante rien de moins que chez XL Recordings. Mérité d'ailleurs tant l'album avait de la gueule, rock-indie US de haute volée.

Six ans ont passé et un album ('Walk It Off') sans grand intérêt plus tard, les Tapes 'n Tapes reviennent aux origines, sur Ibid Records, laissant derrière eux XL Records - même s'il y a fort à parier que c'est plutôt le contraire.

'Outside' est sûrement un des premiers albums de l'année 2011 (il est sorti officiellement le 11 janvier dernier) mais surtout un album de haute tenue et qui permet de permet de retrouver les Tapes 'n Tapes très affutés, en tout cas bien plus que sur leur disque précédent.
Notamment emmené par une première partie quasi-parfaite, alternant passages rock enlevés et moments pop, cachant quelques tubes ici et là (Freak Out, Badaboom) Tapes 'n Tapes réussi son retour aux affaires. Largement.

Album: Outside
Année: 2011
Label: Ibid


Autre tube d''Outside', Freak Out est également en écoute ci-dessous (et en téléchargement gratuit en cliquant sur la petite flèche noire) :



Mais également en vidéo :




Vous pouvez écouter 5 chansons de 'Outside', toujours sur le soundcloud officiel de Tapes 'n Tapes, en cliquant ici.

vendredi 14 octobre 2011

[Track of The Day] Emmy The Great & Tim Wheeler - Christmas Day (I Wish I Was Surfing)

Parler de noël mi-octobre c'est comme mettre des cartables en rayon fin juin: c'est très con. Et ca n'a pas beaucoup d'intérêt. Parler de noël mi-octobre via une chanson en a un peu plus.

Depuis quelques années, la mode est revenue aux albums/titres spécialement enregistrés pour noêl; notamment par l'intermédiaire de Sufjan Stevens et de ses Christmas Song.

Depuis tout le monde s'y met, de Low à Florent Marchet, de Coldplay à Woven Hand, de Rosie Thomas à Jason Lytle. On peut désormais rajouter à cette longue liste Emmy The Great et Tim Wheeler, chanteur et guitariste de Ash, nouveau couple à la mode de l'indie world.

Les deux amoureux sortent 'This is Christmas', un album entier consacré à noël, avec pour premier extrait Christmas Day (I Wish I Was Surfing), une chanson pop pleine de guitares et de soleil de moins de 3 minutes et sacrément efficace.

Alors oui, la fin de l'année est encore loin. Mais on va pas se priver pour autant.

Album: This is Christmas
Année: 2011
Label: Infectious Music


Christmas Day (I Wish I Was Surfing) est à télécharger gratuitement en légalement en suivant les pérégrinations de Emmy The Great et Tim Wheeler sur leur page Facebook ou en allant sur le lien soundcloud d'Infectious Music ici.

jeudi 13 octobre 2011

[Track of The Day] Raymond Raposa - Beyond This Place (feat. Sufjan Stevens and Vesper)

La vie est mal foutue. Prenez ce soir: je rentre après une nouvelle journée à tenter de ramer à contre-courant et de rattraper le retard qui s'accumule sur mon bureau invariablement bordélique.

Péché mignon, je m'affale sur mon canapé pour écouter quelques chansons au débotté avant de m'endormir bien malgré moi quelques heures. Et quelques heures.

Réveillé à l'heure où beaucoup vont se coucher, je tente de ne pas sortir de trop de ma torpeur. C'est alors que, après avoir fait un rapide tour d'Internet, je tombe sur un tweet de pitchfork annonçant le premier extrait de la bande originale d'un documentaire de Kaleo La Belle consacré au père de ce dernier, hippie comme on en fait plus.

Qui est Kaleo La Belle? Un ami d'enfance de Sufjan Stevens.
Et qui s'occupe de cette bo? Sufjan Stevens forcément mais aussi Raymond Raposa, le leader de Castanets, artiste aux disques très recommandables.

Alors que j'ai les paupières lourdes, alors qu'Anna Karénine m'attend sous la couette, j'écoute ce premier extrait, Beyond This Place, chanté par Raymond Raposa avec les participations de Sufjan Stevens et Vesper.
Et je tombe irrémédiablement sous le charme. Donc je décide de me fendre d'une petite bafouille à ce sujet.

Je suis désormais bien réveillé, il ne me reste que 6h de sommeil. La journée de demain va être longue, c'est moi qui vous le dit. Mais ça valait le coup.

Album: Beyond This Place OST
Année: 2011
Label: tbc


Ci-dessous, le trailer de Beyond This Place, le documentaire de Kaleo La Belle :

mercredi 12 octobre 2011

[Track of The Day] Serengeti - Family and Friends (feat. Why?)

Onze chansons. Dont dix de moins de 3 mns. Ça fait peu à se mettre sous la dent.
Voilà donc Serengeti, hip-hopeur de Chicago depuis 2002 et dont je découvre aujourd'hui le travail via 'Family and Friends', son dernier album chez Anticon, label dont les sorties semblent se faire de plus en plus rares.

Serengeti s'est entouré pour l'occasion de Yoni Wolf aka Why? et de Advance Base, le nouveau nom de scène de Owen Ashworth, l'homme derrière Casiotone for the Painfully Alone (projet auquel il a désormais mis fin). Le tout essentiellement à la production mais pas que, Why? venant discrètement participer vocalement à quelques morceaux.

'Family and Friends' est donc un album court qui voit Serengeti lâcher son flow (posé et serein, entre Buck 65 et Sage Francis) et ses textes sur une production, hésitant entre cheap et lo-fi d'Advance Base (on ne se refait pas).
Bien tourné, cohérent, charmant, ce disque certes mineur est un peu la version hip-hop de Casiotone for the Painfully Alone (à une chanson près, en écoute aujourd'hui, Family and Friends, où la patte de Why? se fait sentir). Et cela suffit amplement à mon bonheur.

Album: Family and Friends
Année: 2011
Label: Anticon



Pour avoir le côté cheap/lo-fi de ce 'Family and Friends', ci-dessous, la plus belle chanson de l'album de Serengeti. Mélancolie quand tu nous tiens :


mardi 11 octobre 2011

[Track of The Day] Radio Moscow - Little Eyes

Tiens, les réjouissants Radio Moscow sont de retour aux affaires. Et a priori, ils n'ont pas bougé leurs influences et leurs ambitions d'un iota. Du rock, du psychédélisme, des effets de manche, des guitares n'en pouvant plus de lâcher du riff, du Black Keys dans un coin, une certaine idée de Jimi Hendrix dans un autre.

En tout cas, c'est ce qu'il transparaît de Little Eyes, chanson amuse bouche et qui présente leur troisième album 'The Great Escape Of Leslie Magnafuzz', à la pochette psyché jusqu'au bout du livret - comme ses devancières d'ailleurs.
Tout ceci sent bon les cheveux longs, les shampoings vieux d'un trimestre, la drogue et les années 70. Réjouissants les Radio Moscow? Oui voilà, réjouissant.

Album: The Great Escape Of Leslie Magnafuzz
Année: 2011
Label: Alive Naturalsound

dimanche 9 octobre 2011

[Track of The Day] The Victorian English Gentlemens Club - As Jungle Drums Rang Across The Amazon (We Held Our Heads And Screamed)

A la première écoute de cet album de The Victorian English Gentlemens Club - leur troisième - j'avais été très sévère: aucune chanson digne de ce nom, une construction qui se veut un peu expérimental par moment mais qui tombe souvent à plat, pas de mélodies à se mettre sous la dent. Le tout torché en 35 mns chrono. J'avais même du me forcer pour aller au bout, c'est dire.

Vu que j'avais plutôt apprécié leur tout premier album (zappé leur second) et vu que j'ai aussi dans mon entourage internétien quelques personnes plutôt fans, j'ai réécouté 'Bag of Meat'. Pour bien faire les choses, j'ai changé les conditions d'écoute. Résultat? Plutôt positif finalement.

Je reste globalement sur une impression générale d'un groupe qui se perd rapidement dans des compositions qu'il ne sait pas comment terminer. Et qui oublie trop souvent la mélodie au profit d'expérimentation parfois ridicules.

Ceci, il y a plus de bonnes choses qui arrivent à ressortir que ce que je pensais. Au-delà du réussi As Jungle Drums Rang Across The Amazon (We Held Our Heads And Screamed), on notera aussi Richer Than My Tribe très efficace. Bref, au final, un album moyen, pas franchement mémorable pour un sou. Mais pas si inutile que ce que je pouvais bien en penser initialement, loin de là.

Mais vu comment tout cela est parti, dans deux mois je fais de ce 'Bag of Meat' mon album de l'année.

Album: Bag of Meat
Année: 2011
Label: This Is Fake DIY



En sus, le clip de My Imagination Can't Save Me Now, chanson tirée de ce 'Bag of Meat' des The Victorian English Gentlemens Club :



vendredi 7 octobre 2011

Pumuckl - Sonore (Simple Remix) [Face-B / WHM001]


Alors que le monde pleure Steve Jobs (sa biographie est devenue en moins de 24h la plus vendue chez Amazon), alors que Nicolas S. a sûrement tout fait pour que Carla n'accouche pas ce jeudi 6 octobre au risque de lui casser un joli coup de comm' préparé depuis des mois (cynique? Moi?), Without My Hat Records se porte bien, merci pour lui.


Après son lancement à la mi-juillet dernier (voir ici), après de très nombreux messages de sympathie et de soutien au projet (que ce soit par les mots, par l'achat du premier 7" de Pumuckl, par des chroniques - au hasard , , ou - ou par les trois), petit retour sur cette première sortie (qui en appelle d'autres, plus de nouvelles prochainement) avec la présentation du remix de Sonore par Pumuckl lui-même.


Car si Sommeil Léger est une chanson qui s'est imposée d'elle-même tant j'avais été conquis depuis longtemps, il manquait un second titre, une face-b mais qui soit plus qu'une face-b.


Initialement, je pensais piocher dans 'L'Anecdotiste' une des très belles compositions de Pumuckl. Ce dernier n'était pas enchanté par l'idée et il m'a assez vite convaincu. Non, il fallait quelque-chose de neuf.


Un soir, il m'a présenté ce Simple Remix de Sonore. J'ai beaucoup aimé sa construction (ah cette montée…), ses sonorités cristallines qui peu à peu se mettent à cohabiter avec une ambiance bruitiste et, justement, très sonore.
La composition originale était une réussite, mais ce qu'arrive à en faire Pumuckl est, j'ose le dire vraiment, renversant.


Cette chanson, cette "face-b", est en écoute (avec Sommeil Léger) en cliquant là ou tout simplement ci-dessous :



Et toujours disponible sur le premier 7" de Pumuckl (et de Without My Hat Records) en cliquant ici: http://withoutmyhatrecords.com/shop/


Petite aparté :
Demain soir, chouette soirée à L'International dans le XIè arrondissement de Paris. Pitseleh de Discobloguons remet le couvert pour une nouvelle Another Sunny Night, la septième (déjà)! Une soirée gratuite avec au programme les allemands de Mikrofisch, les français de Gulcher et les argentins de Cineplexx.


D'ailleurs, j'y serai. Donc si certains sont intéressés par l'achat de ce 45-tours, n'hésitez pas à me contacter par mail à withoutmyhatrecords [à] gmail [point] com. Histoire que l'on se retrouve dans la salle. Et que l'on boive une bière ensemble.


Et si jamais vous êtes intéressés par ce 45 tours/seven-inch ou que vous voulez simplement soutenir l'aventure Without My Hat Records, rendez-vous ici.

http://www.withoutmyhatrecords.com/


jeudi 6 octobre 2011

[Track of The Day] Bert Jansch - Poison


Les légendes partent les unes après les autres et il va falloir s'y faire. C'est donc au tour de Bert Jansch de partir découvrir d'autres horizons et de retrouver par la même d'anciens talentueux folkeux partis avant lui, de Jackson C. Frank à Nick Drake. Jimmy Page doit en avoir gros sur la patate ce soir. Il n'est pas le seul.

mercredi 5 octobre 2011

[Track of The Day] Benjamin Francis Leftwich - Pictures

Ça ne durera pas. On a beau nous seriner que l'été indien, c'est beau, que les températures sont incroyables pour cette époque de l'année, on a beau se lever tous les matins en voyant un beau ciel bleu et une lumière franche venir illuminer nos chambres endormies, ça ne durera pas. L'automne est déjà là.

D'ailleurs, dans ma rue, 'L'Ambassadeur d'Orient' a remisé sa terrasse amovible jusqu'au printemps prochain. Et avec lui, c'est toute la rue qui a perdu de sa vie nocturne anarchique, où l'on se garait en double ou triple file et où l'on débattait jusqu'au bout de la nuit en français, arabe, patois ou les trois à la fois il y a encore peu.

Mon quartier se prépare peu à peu à hiberner. Alors pour y rentrer définitivement, écoutons donc Benjamin Francis Leftwich et ses chansons douces et délicates, un brin déprimantes, chantées par cette voix quasi-susurrée, une guitare folk pour presque seul compagnon. Des chanteurs comme lui, il en existe beaucoup. Sans doute des plus talentueux, mais à cet instant précis, c'est tout ce qu'il faut pour en prendre pour six mois.

Album: Last Smoke Before The Snowstorm
Année: 2011
Label: Dirty Hit

mardi 4 octobre 2011

[Track of The Day] Cold Cave - Villains Of The Moon

Voilà un album qui ne laissera pas (ou n'a pas déjà laissé plutôt, je suis à la bourre, 'Cherish The Light Years' est sorti début avril dernier) indifférent. On aimera ou on détestera. Mais on ne sortira pas sans avis de ce troisième disque de Cold Cave.

Évidemment très référencé et prenant ses influences dans les années 80, de New Order à The Human League en passant par toute la scène post-punk, relevant toutes ses chansons de waves bienvenues, Cold Cave sort là un album terrifiant d'efficacité et de tubes. Il y a ici de quoi pousser des cris, hurler des mélodies en pagaille, des déhanchements infinis à enchainer.

Pour être tout à fait honnête avec toi ami lecteur, je n'ai pas écouté de l'année un disque compilant autant de tubes au tracklisting carré. De The Great Pan is Dead à Villains of the Moon en passant par l'incroyable quoique pouvant rendre fou Icons of Summer, 'Cherish The Light Years' est un disque absolument dantesque, puissant et qui dévaste tout sur son passage, le doigt enfoncé quarante minutes durant sur les touches du synthé.

Album: Cherish The Light Years
Année: 2011
Label: Matador

lundi 3 octobre 2011

[Track of The Day] Four Tet - Pyramid

L'année 2011 aura été chargée pour Dieu… euh Four Tet pardon. Après un disque incroyablement beau ('There Is Love In You'), il aura mis sur orbite Juk Juk, sorti un sacré split 12" avec Daphni (aka Caribou) et réalisé une collaboration de haute volée avec Burial et Thom Yorke. Le tout via son label Text qui fête cette année ses 10 ans d'existence.
Petite cerise sur le gâteau, il sort ces jours-ci un mix pour Fabric, le 59, sur lequel je n'ai toujours pas posé les oreilles, honte à moi.

Histoire de faire les choses bien et de penser à ses propres productions, il vient d'annoncer la sortie d'un nouveau 12", le TEXT011. Il présente présente en face-A Locked (qu'il avait mis en écoute il y a quelques semaines de cela sur son soundcloud, voir plus bas) et en face-B le formidable Pyramid, un morceau de 8 mns très intriguant, aussi lancinant que dansant, et en écoute aujourd'hui. Pour ainsi dire, ce morceau est irrésistible. Quel talent. Et quel sens de la mélodie. Bordel.

Album: Locked/Pyramid 12"
Année: 2011
Label: Text



Pour faire les choses bien, voilà donc Locked, la face-A de ce nouveau 12" de Four Tet. Un bijou de légèreté portée par une bien belle mélodie. A écouter. Réécouter. Encore et encore :