jeudi 18 octobre 2012

David Fakenahm - One Thing Remains [-]

Dernièrement, dans une de ses célèbres tirades, l'ami Pascal Nègre défendait l'idée que, en gros, sans maison de disques, la musique n'est rien (ou pas grand chose). Et il n'a pas tort dans l'absolu.
Mais ses contradictions sont tellement multiples (on dit souvent qu'il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis; ce qui fait de Pascal Nègre un homme sacrément intelligent !) et ses déclarations ridicules depuis 10 ans si nombreuses que quand il sort quelque-chose qui tient la route et a du sens, elle est forcément retoquée fortement.

Car oui, Pascal Nègre a raison, sans maisons de disque, rapidement, la musique n'est pas grand-chose. Elle n'en existe pas moins, certes, mais l'artiste se transforme en VRP Multicartes, ce qui n'est, dans l'absolu, pas du tout son rôle.

Cependant, vu l'état de l'industrie musicale aujourd'hui, les disques auto-produits il en existe à tous les coins de rue: souvent très décevants, parfois intéressants, rarement passionnants et posant la question : « pourquoi ce type là n'est pas signé sur un label digne de ce nom? ».

David Fakenahm fait partie de cette troisième catégorie. Artiste plus qu'apprécié dans ces pages (tous ses efforts ont été chroniqués sur ce blog: 'Here and Now', son projet Warehouse, sa berceuse Lulie ou son premier disque 'Back From Wherever'), l'orléanais revient avec un nouvel album, 'One Thing Remains'.

Avec douze compositions originales (à une près, Winter is Warm) enregistrées en famille (Nina Fakenahm est aux chœurs) et entre amis (Laudanum est présent au clavier sur une grande partie de l'album), 'One Thing Remains' tranche avec ses productions passées.

Ici, on oublie le côté auto-produit que possédait ses albums précédents et on plonge dans un disque enregistré et mixé comme il se doit (par Patrick Chevalot, pour ne pas le nommer), qui sonne bien.

Oscillant entre folk, country et blues, 'One Thing Remains' enchaine les chansons pleines de paysage américains (Circus, chroniqué il y a quelques semaines dans ces pages), les morceaux de bravoure (splendide You're My Woman au solo de guitare lancinant et irresistible), les tubes imparables (Winter is Warm, originellement sorti en 2007 sur 'Back From Whenever', et réenregistré pour l'occasion ou One Thing Remains, nerveuse à souhait) et autres balades délicates (Nina).

Avec 48 minutes au compteur, 'One Thing Remains' réalise un sans-faute. Et un album qui propose une belle escapade vers de grands espaces tantôt rockailleux, tantôt terriens
C'est à ce jour l'album le plus réussi de David Fakenahm. Le mieux enregistré, le mieux produit, le mieux écrit. Espérons qu'il puisse lui ouvrir les portes d'un label qu'il mérite tellement. (sortie: 17 septembre 2012)


Info :


Je ne saurais trop vous conseiller :
1) d'écouter ce 'One Thing Remains', que ce soit sur Spotify ou Deezer.
2) de l'acheter et soutenir David Fakenahm.
Sachez ainsi que 'One Thing Remains' est disponible uniquement (pour le moment en tout cas) en téléchargement, pour 7.99€ sur la plupart des plateformes de téléchargement comme Amazon, Itunes, Emusic ou Fnac.



Trois chansons en écoute, exceptionnellement :

David Fakenahm - One Thing Remains
  


David Fakenahm - You're My Woman
  


David Fakenahm - My Blues
  

mercredi 17 octobre 2012

Gulcher (+ The High Commissioners + Great Heat) @ Bus Palladium !



Vendredi soir... ils reviennent !

Les Gulcher seront au Bus Palladium (excusez moi bien!) pour jouer quelques vieux tubes (voir plus bas) et d'autres nouveaux morceaux d'un album à paraître prochainement. Et c'est peu dire qu'on a hâte !

Ca sera donc au Bus Palladium, ce vendredi, dès 21h, pour seulement 6€.
Au programme également (car ils ne seront pas tout seul), The High Commissioners et Great Heat, deux groupes dont j'avoue ne rien savoir, mais à propos desquels vous trouverez plus d'infos en cliquant ici.


Plus d'infos :



L'adresse du Bus Palladium :
6 Rue Pierre Fontaine
75009 Paris
Metro : 12 – Pigalle
Bus : 74 – Pigalle Chaptal


Et pour ceux qui seraient passés par une faille spatio-temporelle depuis avril dernier, Gulcher c'est ca:




Et leur album est toujours à l'achat (pour 550 malheureux centimes d'Euros) ici :
http://withoutmyhatrecords.com/shop/
http://withoutmyhatrecords.bandcamp.com/album/johnnys-square-7
Dans le widget juste en haut à gauche de cet article...



Plus d'informations sur Gulcher ou Without My Hat Records ci-dessous :




« They caught us kissing in Johnny's Square, I won't lie about it... »




mardi 16 octobre 2012

[Track of The Day] Solange - Losing You

Découvert il y a peu (pour ainsi dire dimanche) grâce à un bordelo-monegasque pas en reste de jolies trouvailles, Solange Knowles, cadette de sa superstar de sœur Beyonce, ne devrait pas tarder à se faire un nom.
Selon certains (comme Sami de Hot Fidélité, les oreilles aux aguets), elle aurait même du depuis quelques temps déjà, sa discographie comptant déjà deux albums et une pelletés de singles pas piqués des hannetons.

Mais comme il est difficile de parler de quelque-chose qu'on ne connaît pas, je vais me limiter à parler brièvement de Losing You, son nouveau single.

Produit par Pharrell Williams (disparu depuis un petit moment de mes radars) et Dev Hynes (l'homme aux grosses lunettes derrière Lightspeed Champion ou Blood Orange), Losing You est un premier single d'un nouvel album à venir de Solange suinte la sensualité et la langueur. Genre Kim Wilde mais sauce 2012. Et c'est déjà pas mal.


Album : Losing You 12"
Année : 2012
Label : Terrible Records


Losing You est en écoute également sur le soundcloud de Terrible Records :

  

A voir également, le premier clip de cette nouvelle chanson de Solange :


lundi 15 octobre 2012

[Track of The Day] James Yorkston - I Can Take All This

Premier album en près de 5 ans, 'I Was Cat from a Book' ne déroge pas à la règle des disques de James Yorkston qui veut qu'ils soient beaux.

N'emballant la machine qu'à de rares exceptions (sublime I Can Take All This, qui ferme l'album et en écoute aujourd'hui notamment), ce disque voit l'écossais continuer à égrainer ses histoires sur fond d'un folk, souvent délicat et doux, parsemé de multiples instruments rendant l'ensemble lumineux comme jamais.

Une nouvelle fois, James Yorkston ne lésine pas sur les mélodies qu'il parsème sur chacune des pistes de ce 'I Was Cat from a Book' dont il va être difficile de se lasser. Un peu à l'image de ses essais précédents.

Album: I Was Cat from a Book
Année: 2012
Label: Domino



En plus de l'emballant I Can Take All This (en écoute dans le lecteur grooveshark rouge à droite) qui va vous mettre le smile pour la semaine, un autre extrait, Catch, qui ouvre 'I Was Cat from a Book' :

    


Et pour finir, si vous voulez en savoir plus sur la genèse de 'I Was Cat from a Book' (ses clins d'oeil à l'Espagne, la maladie de son fils, etc), il vous faut voir ce petit reportage de 8mns, filmé dans la belle campagne écossaise :


lundi 8 octobre 2012

[Track of The Day] Sufjan Stevens - Christmas Unicorn

Certes la news n'est pas très fraiche (cinq jours. Et cinq jours en Internet Time, c'est  comme célébrer la victoire de la France à la Coupe du Monde 1998 en mars 1999), mais elle mérite d'être une nouvelle fois relayée.
Comme on pouvait si attendre après quelques vidéos un brin surréalistes postées ces dernières semaines sur son site, Sufjan Stevens va donner suite au premier coffret de noël sorti en 2006.

Un second coffret compilant les volumes 6 à 10, dont certains avaient vu le jour sur le net grâce à quelques amis indélicats (rappelons que ces chansons de noël sont à la base écrites et confectionnés pour la famille et les amis de Sufjan Stevens, uniquement).

'Silver & Gold (Songs for Christmas #6-10)' (puisque c'est le nom de ce coffret) se composera donc de 5 disques, près de 60 chansons et verra la participation, excusez du peu, de Aaron et Bryce Dessner (The National), Richard Reed Parry (Arcade Fire) ou une partie de Danielson Famile, entre autres. On devrait à mon sens retrouver autant une folk classique et qui a fait le succès de Sufjan Stevens que la pop délirante de 'The Age of Adz'.

Le tout sortira le 13 novembre prochain. Et sera disponible aussi bien en version digitale, cd que lp.

Mais puisque aujourd'hui, sans extrait à offrir tu n'es qu'un salaud, Sufjan Stevens propose de découvrir ce 'Silver & Gold (Songs for Christmas #6-10)' par un premier morceau, Christmas Unicorn, qui sera la chanson numéro 58 du coffret (et surement la dernière d'ailleurs) et qui combine les deux périodes de notre homme, folk et pop futuriste.

Et attention les yeux: 12'28" au compteur, une montée progressive, presque répétitive qui se termine sur un hommage au Love Will Tear Us Apart de Joy Division avec un sublime canon de cinq minutes et totalement irrésistible.

Bref, Sufjan Stevens a abandonné son projet fou de sortir un album sur chacun des états des Etats-Unis d'Amérique. Mais il n'avait pas précisé que c'était pour mieux composer la cartographie musicale du Pôle Nord. On ne va pour autant pas s'en plaindre.

Album: Silver & Gold (Songs for Christmas #6-10)
Année: 2012
Label: Asthmatic Kitty




Christmas Unicorn est en écoute également sur le bandcamp de Sufjan Stevens. Ou en téléchargement (contre une adresse mail) ici-même.




Toutes les informations quant à l'achat ou au pré-commande de ce 'Silver & Gold (Songs for Christmas #6-10)' sont disponibles ici.

jeudi 4 octobre 2012

[Track of The Day] Tom McRae - Sloop John B (The Beach Boys cover)

Il fallait bien que ça arrive: Tom McRae est désormais sans label. A croire que ses albums gentillets et trop proprets sur eux ont finalement joué en sa défaveur.

Pourtant, après ces disques sans intérêts, l'anglais était revenu en 2010 avec 'The Alphabet Of Hurricanes', dont j'avais dit le plus grand bien ici ou . Mais cela n'aura sûrement pas suffit.

Quoiqu'il en soit, Tom McRae est revenu d'entre les vivants et a décidé de continuer à diffuser ses ritournelles pleines de noirceur.
Prévu à l'origine pour être le disque 2 de son précédent album, finalement retoqué par son label de l'époque, voilà 'From The Lowlands', disque sublime et sombre, où Tom McRae aligne les balades mélancoliques comme personne.

Il y a dans ce 'The Alphabet of Hurricanes part 2' (comme il le dit lui même) des chansons splendides comme il n'en a pas écrites ou reprises depuis son premier disque. Tom McRae a sa guitare acoustique dans les mains et déballent son mal être, ses déchirures (splendide Nothing on the Dry Land, voir plus bas), en y ajoutant quelques chœurs, des cordes et autres touches de piano.

Il en profite d'ailleurs pour donner à un des bijoux de 'Pet Sounds' des Beach Boys, Sloop John B, une relecture des plus crépusculaire, bien loin de l'aura lumineuse qui se dégageait du morceau original.

Le timing est d'ailleurs taquin: alors qu'on vient d'apprendre qu'en pleine tournée de reformation des Beach Boys, Mike Love virait à tour de bras les vrais talents du groupe, cette version de Sloop John B est comme l'annonce du chant du cygne définitif d'un des groupes les plus importants de l'histoire de la (pop) musique.

Album: From The Lowlands
Année: 2012
Label: -


'From The Lowlands' est à l'achat sur le site de Tom McRae (15€, fdp compris) ici.

Tom McRae en profite pour faire une grande tournée française. Il passera notamment à Lyon ce vendredi 5 octobre, à L'Epicerie Moderne. Mais également là :
Le 4 octobre à Grenoble (Salle du Laussy)
Le 5 octobre à Lyon (Epicerie Moderne)
Le 6 octobre à Besançon (La Rodia)
Le 8 octobre à Marseille (Espace Julien)
Le 9 octobre à Nice (Salle Stéphane Grappelli)
Le 10 octobre à Arles (Le Cargo)
Le 12 octobre à Lorient (Espace Cosmao)
Le 13 octobre à La Roche Sur on (Le Fuzz'Yon)
Le 14 octobre à Brest (Le Vauban)
Le 16 octobre à Orléans (L'Astrolabe)
Le 17 octobre à Gent, Belgique (Handelsbeurs)
Le 18 octobre à Caen (Big Band Café)

En écoute également aujourd'hui, la très belle chanson qui donne son nom à l'album, From The Lowlands :



Pour finir, le très beau clip animé de Nothing On The Dry Land :

mercredi 3 octobre 2012

[Track of The Day] Françoiz Breut - Marie-Lise

La vie est parfois injuste, Françoiz Breut en sait quelque-chose. Talent pur français, elle est avant tout connue pour avoir été la compagne de Dominique A.

Et pourtant, elle est plus que cela, évidemment. Certes, c'est Dominique A qui lui mettra le pied à l'étrier, qui l'invitera à poser sa voix sur le célèbre Twenty-Two Bar, qui lui écrira ses deux premiers disques, dont son chef d'oeuvre à elle, 'De 20 à 30 000 jours' (album qui verra se côtoyer, excusez du peu: Dominique A, Jérôme Minière, Katerine, Yann Tiersen, Pierre Bondu, Joey Burns de Calexico ainsi que des membres de Kat Onoma, The Little Rabbits ou Autour de Lucie!). Certes. Mais une voix comme celle-ci n'a besoin de personne d'autre que d'elle-même.

Redécouverte grâce à Pumuckl, grand fan de l'artiste, je viens d'apprendre que Françoiz Breut sort ces jours-ci un nouvel album ('La Chirurgie des Sentiments') et qu'elle en profite pour faire une petite tournée qui a le bon goût de passer par Lyon et L’Épicerie Moderne (le jeudi 4 octobre).

Et 'La Chirurgie des Sentiments' dans tout cela me direz-vous? Un bel album, une nouvelle fois. Parce qu'il y a sa voix un peu trainante, ses textes, des pistes pleines de mélodies, quelques passages lumineux et rêveurs (Cabinet de curiosités) et toujours, il faut bien le dire, ce côté Dominique A dont elle n'arrive pas à se défaire mais qui lui va si bien...

Album: La Chirurgie des Sentiments
Année: 2012
Label: Caramel Beurre Salé


'La Chirurgie des Sentiments' est à l'achat (CD ou LP) sur le site de leur label, Caramel Beurre Salé. Et sans frais de port si vous commandez de France ou de Belgique.

Françoiz Breut, son nouvel album sous le bras, fait une petite tournée en France. Elle sera donc à Lyon le 4 octobre (Épicerie Moderne, 14.7€ en plein tarif (!) réservation ici), le 5 octobre à Nimes (La Paloma), le 23 octobre à Bruxelles (La Rotonde) et le 26 à Paris (Mama Festival).

BXL Bleuette, autre très belle chanson de 'La Chirurgie des Sentiments', est en écoute ci-dessous:


D'ailleurs, 'La Chirurgie des Sentiments' est en écoute complète sur le soundcloud de Françoiz Breut.

mardi 2 octobre 2012

[Track of The Day] I Am Kloot - Hold Back The Night

En voilà un retour inattendu. Et une bien bonne nouvelle! I Am Kloot, trio mancunien qui aime la bière et pour lequel j'ai une grande affection, fera partie des groupes qui ouvriront les hostilités 2013 avec la sortie de leur nouvel album début janvier prochain, 'Let It All In'.

I Am Kloot, c'est de la pop tantôt habillée de rock, tantôt habillée de folk, toujours habitée de chansons douces-amères, à l'univers assez sombre.

Un groupe qui avait connu un beau succès d'estime à la sortie de 'Natural History' son premier album (en 2001) avant que les albums suivants sortent dans une presque indifférence assez incroyable.

Puisse ce 'Let It All In' les consacrer un peu plus. Ce n'est pas dit que Hold Back The Night (premier single à sortir en novembre en 7") connaisse un succès fou si l'on s'en tient aux parangons du moment; mais il ne fait aucun doute que cette chanson est magnifique, toute sertie de cordes qu'elle est.

Une chanson à la croissance progressive, à l'univers sombre (voir le clip plus bas) et à la mélodie irrésistible. En gros, c'est déjà noël. En mieux.


Album: Let It All In
Année: 2013
Label: EMI




Le clip d'Hold Back The Night est aussi à regarder ci-dessous. Dark mais beau à souhait :


[News of The Day] Godspeed You ! Black Emperor - ALLELUJAH! DON'T BEND! ASCEND!

Se lever un matin la tête en vrac.
Apprendre qu'un des groupes de sa vie va sortir un nouvel album dans deux semaines tout pile.
Se dire qu'il va être difficile de s'en remettre.
Se demander si la subite écoute de disques de Constellation Records pendant tout le week-end n'était pas un signe annonciateur.
Se dire que finalement, la vie, c'est bieng.


Album: ALLELUJAH! DON'T BEND! ASCEND!
Année: 2012
Label: Constellation

lundi 1 octobre 2012

[Track of The Day] Jeremy Messersmith - #5

Sur les cinq dernières années (en gros depuis que je tiens ce blog), Jeremy Messersmith est une des plus belles découvertes que j'ai faite. Sans revenir sur l'incongruité de le voir toujours sans label, ce jeune américain a du talent pleins les mains (les preuves accablantes sont ici et )

C'est un peu à la surprise générale que l'autre soir, Jeremy Messersmith a balancé sur son twitter qu'il sortait un nouveau disque, 'Paper Moon Ep'. Cette fois, loin des Beatles ou d'Elliott Smith (influences majeures de ses premiers albums), il sert sur un plateau un album presque essentiellement instrumental, très aérien, où l'on voyage en apesanteur.

Sans jamais nommer autrement ses nouvelles chansons que par leur numéro d'arrivée dans le tracklisting, Jeremy Messersmith propose sur la fin de cet Ep deux chansons merveilleuses, qui s'échappent de l'ambiant-folk dans lequel il navigue depuis le début de ce 'Paper Moon Ep'. Et conclut en beauté un bien chouette nouvel effort.

Album: Paper Moon Ep
Année: 2012
Label: -


Vous pouvez vous procurer une copie physique 'Paper Moon Ep' sur le site officiel de Jeremy Messersmith.
La version digitale est disponible en « pay what you want » sur son bandcamp (où le disque est en écoute complète).


#5 est également en écoute sur le soundcloud de Jeremy Messersmith et ci-dessous :