jeudi 30 octobre 2014

[Track of The Day] M. Ward - Here Comes The Sun Again (4-track demo)

Il va falloir nous y faire : la mode est à la réédition à tout crin. Le moindre disque qui a 10 ans se voit offert un lifting général, l'occasion - officiellement - de célébrer un disque marquant et surtout - officieusement, quoique - de faire repasser à la caisse quelques fans en leur promettant monts et merveilles à travers un cd bonus de versions alternatives et autres démos pas toujours passionnantes.

Espérons que ce ne sera pas le cas de cette fois ci. Car c'est désormais M. Ward qui a droit à son tour à cette fâcheuse tendance. Bon, Merge fête les « presque dix ans » vu que l'album original est sorti en février 2005 et que cette réédition sortira le 2 décembre prochain. Mais comme ils n'ont pas décidé de ressortir son plus vilain album, peut-être même son meilleur, 'Transistor Radio' (même s'il y a duel avec 'Transfiguration of Vincent'), on laisse passer.

Cette réédition contiendra l'album original ainsi qu'un cd bonus rempli de, notamment, quatre morceaux inédits, ainsi que diverses démos. Un premier extrait des dites démos vient de voir le jour, celle de Here Comes The Sun Again.

Cette chanson dans sa version originale est déjà bien belle, lente et mélancolique. Mais cette démo en montre un autre visage : plus rapide, dépouillée, sans piano et avec une simple guitare, elle voit M. Ward qui murmure presque sur certains passages dérouler sa composition avec une joli souffle.

Mais je vous vois venir. Vous allez me dire : « mais pourquoi s'obstine t-il donc à parler d'une réédition qui fait la part belle à un système qu'il trouve ridicule ? ». Parce que déjà je n'ai pas beaucoup de logique. Ensuite parce cette démo est belle. Et puis parce que je n'avais pas mis mes oreilles sur ce disque depuis bien trop longtemps, que je suis en train de le faire en ce moment même et que Fuel For Fire est toujours une aussi grande chanson... Et enfin parce qu'on ne sait jamais, il y a bien ici ou là quelques personnes qui n'ont pas écouté 'Transistor Radio', un des grands albums des années 2000.

Et à ceux-ci je conseillerais une chose : courez chez votre disquaire, achetez la version d'origine de cet album de 2005, elle se suffit bien à elle-même.

Album : Transistor Radio
Année : 2014
Label : Merge Records

Acheter



En écoute dans le lecteur Grooveshark bleu à droite.

La version de Here Comes The Sun Again est également en écoute sur le soundcloud de Merge Records :



La version originale de Here Comes The Sun Again est quant à elle ci-dessous :


mercredi 29 octobre 2014

[Track of The Day] Gulcher - Cocktails

A quelques jours du concert de Gulcher au Chinois à Montreuil, et après The Upper Hand, Velvet Trees, Up Against The Wall, The Wittiest Game ou encore Alarm-Clock Lovers, plongeons nous aujourd'hui dans Cocktails, dixième et dernière chanson de l'album du même nom de Gulcher.

Un titre qui aime prendre son temps. Un début lent, limite lancinant, mais qui prend au fil des mesures une belle ampleur, notamment dans sa partie finale « à tiroir », qui prouve que Gulcher a décidément beaucoup de cordes à son arc.

Une chanson à (re)découvrir dans le lecteur grooveshark et que vous pourrez découvrir sur scène ce samedi 1er novembre donc, au Chinois (Métro Croix de Chavaux (Ligne 9), Montreuil), avec MiNORS (qui eux devraient débouler avec quelques nouveaux morceaux qui, pour ceux qui ont eu la chance de les écouter, promettent beaucoup) et Basile Farkas. Un concert dont l'entrée est toujours gratuite. Dites, on se voit là-bas ?


https://www.facebook.com/events/1500602283521086/


Album : Cocktails
Année : 2014
Label : Without My Hat Records

Écouter / Acheter


En écoute dans le lecteur Grooveshark bleu à droite.


Cocktails, la chanson qui donne son nom à ce second album de Gulcher est également en écoute sur le bandcamp du groupe :



Quant à l'album, il est toujours en écoute sur ce lien.    
Il est également à l'achat sur le même lien (13€, frais de port inclus, ou 8€ en digital), mais également chez tous les bons disquaires, de Gibert à la Fnac, de Starter à votre disquaire de quartier. 


Profitez en également pour réviser avant samedi. Tiens, au hasard, avec Julia :



https://www.facebook.com/events/1500602283521086/

mardi 28 octobre 2014

Foxygen - ... And Star Power [Jagjaguwar]

L'an dernier, le troisième album de Foxygen 'We Are the 21st Century Ambassadors of Peace and Magic' (rien que ça) avait été une belle surprise, malgré ses défauts éparpillés ici et là qui m'avaient empêché de tomber totalement sous le charme de ce duo de Los Angeles.

Une année plus tard, revoilà les Foxygen, toujours chez Jagjaguwar. Sauf que cette fois, leur nouvel album dure deux fois plus longtemps que le précédent : 82 mns et 24 morceaux, excusez du peu !

Devant l'annonce, j'ai freiné rapidement des quatre fers,  pensant que les défauts de 'We Are the 21st Century Ambassadors of Peace and Magic' allaient se multiplier à l'envie sur une aussi longue durée. Et les premières critiques plutôt sévères ne m'ont pas poussé à chercher plus loin.

Un jour, chez mon disquaire favori, '... And Star Power' faisait office de fond sonore. Et j'ai été assez surpris d'être justement agréablement surpris. Et depuis, cet album tourne très régulièrement chez moi.

Cette nouvelle sortie de Foxygen c'est un concept album, genre fourre-tout nawakesque entre folk brinquebalant, rock 60s lo-fi, chansons acoustiques sublimes, glam-rock séduisant, psychédélisme à tous les étages, le tout emballé dans une production dégueulasse mais qui va bien à l'ensemble.

Un disque à la linéarité quasi-inexistante (la première partie se tient globalement), qui souffle le chaud et le froid, capable d'une première partie impeccable (jusqu'à la 12è chanson c'est impeccable, avec en point d'orgue la partie « Star Power » et ses 4 chansons enchainées), de quelques chansons largement dispensables (Cold Winter/Freedom et ses 6mns insupportables, pour ne citer qu'elle) et d'une fin parfaite (Everybody Needs Love notamment).

'...And Star Power' est un disque sans doute trop long (quelques jams psychédéliques dispensables), n'est pas à comparer à 'Wowee Zowee' et 'The Beatles' (pour ne citer que deux des albums sans grande unité musicale mais à la classe absolue), et est rempli de références ; difficile de ne pas penser à Thurston Moore sur 'Tree Outside The Academy' avec cette voix d'enfant sur Cold Winter / Freedom, aux Ramones sur 666, notamment dans la façon de chanter, ou à beaucoup de groupes pop des 10 derniers années (Star Power III: What Are We Good For).

Mais '... And Star Power' des Foxygen a un charme indéniable. Ce côté foutraque, ces nombreuses chansons qu'on dirait enregistrées en 1972, tout ceci fait de '... And Star Power' est un sacré disque. Un album qui a plein de défauts, mais qui sont au final peut-être sa principale force. (sortie : 14 octobre 2014)

Son : 
'... And Star Power' de Foxygen est en écoute chez Spotify et Deezer
Le site officiel de Foxygen

Acheter '... And Star Power' de Foxygen



Dans le lecteur grooveshark, vous pouvez écouter Everybody Needs Love, une des très grandes chansons de '... And Star Power', en mode montagne russe et délirante à souhait.
En plus, trois autres morceaux de ce nouvel album de Foxygen :

How Can You Really, certifié tube de '... And Star Power' :




Cosmic Vibrations, certifié second single de '... And Star Power' :



Et enfin, finissons par le clip de Coulda Been My Love :


lundi 27 octobre 2014

[Track of The Day] Kid Koala and Emiliana Torrini - Nightfall (Pale Blue)

Du réalisateur canadien Jason Reitman, on se souvient surtout de 'Juno', joli film indépendant, bien aidé par une BO de haute volée où se côtoyaient Kimya Dawson, Belle and Sebastian, The Velvet Underground ou encore Sonic Youth. Mais pour moi, il y a surtout 'In The Air', chef d’œuvre poignant qui m'avait totalement bouleversé à l'époque aussi bien par son histoire que la justesse du jeu d'acteur que de la réalisation.

Cinq ans et deux films (que je n'ai pas vu) plus tard, Jason Reitman revient avec un nouveau long métrage, 'Men, Women and Children', nouvelle comédie dramatique, qui ne semble pas avoir les faveurs des critiques - ni du public - jusque là, mais qu'on pourra découvrir en France le 10 décembre prochain.

Sur la bande originale de 'Men, Women and Children' (film qui traite des rapports humains dans une société hyper-méga connectée comme la notre - la bande-annonce plus bas vous donnera une idée), on pourra retrouver un ancien ambianceur de nos oreilles dans les années 2000, Kid Koala, artiste perdu de vue depuis belle lurette, même si sa présence sur 'Deltron 3030 - Event II' l'avait rappelé à mon bon souvenir.

Cette fois, il s'allie avec la toujours sublime Emiliana Torrini pour un Nightfall (Pale Blue) très éthéré, vaporeux, atmosphérique et triste, que l'on aurait également pu imaginer dans les cordes vocales d'un crooner. Une chanson loin des scratchs et des productions qui ont surtout fait le succès de Kid Koala dans le passé.

Une chanson qui fermera la bande-originale du film, dans laquelle on pourra retrouver des morceaux de Four Tet (Unicorn) ou Bob Dylan (Wigwam) ainsi que des compositions originales de Bibio, qui semble être l'ordonnateur de l'emsemble. Et à lire le tracklisting, on a la confirmation de ce que l'on pouvait pressentir : on ne devrait pas rigoler des masses à regarder 'Men, Women and Children'.

Album : Men, Women and Children Original Soundtrack
Année : 2014
Label : Warner Bros

Acheter



En écoute dans le lecteur Grooveshark bleu à droite.

Nightfall (Pale Blue) est également en écoute sur le soundcloud d'Emiliana Torrini :



La bande-annonce de 'Men, Women and Children' est disponible quant à elle ici :



mercredi 22 octobre 2014

[Track of The Day] Les Gordon - Isolé

Il semble intarissable. Non content d'être une des deux têtes de proue de Mondrian, non content d'avoir lancé avec Roman Oswald le projet Singapour (toujours en écoute ici), Les Gordon s'est également lancé en solo, et depuis de nombreux mois déjà, que ce soit via des compositions originales ou des remixes en pagaille.

Dernière sortie en date, 'Saisons Ep', un disque qui combine d'une façon très habile ses passions de la musique électronique et des mélodies lumineuses. Il y a d'ailleurs un peu de Mondrian dans ces trois morceaux, la faute à la guitare qui accompagne chacun d’entre eux. Les boucles, les clappings et les samples font le reste du travail, notamment sur l'imparable Isolé (en écoute aujourd'hui).

Sur soundcloud, où est en écoute ce 'Saisons Ep', Les Gordon a classifié sa musique en "chillout". Soit. Hé bien, chilloutons donc.

Album : Saison Ep
Année : 2014
Label : -


En écoute dans le lecteur Grooveshark bleu à droite.

Isolé est également en écoute sur le soundcloud de Les Gordon ci-dessous :


Mieux, c'est tout le 'Saisons Ep' que l'on peut découvrir sur soundcloud, mais aussi ci-dessous :