jeudi 1 décembre 2022

The Mountain Goats - Bleed Out [Merge Records]

Pendant les semaines de confinement qui ont touchées une très grande partie de la planète, vous et moi avons passé nos journées enfermés à écouter de la musique, à faire du pain, à regarder des séries, lire des bouquins, à réapprendre à glander pour mieux confirmer que le travail n'était vraiment pas une fin en soi. Les artistes eux ont enchainé les Facebook live, les concerts sur leurs balcons, ont enregistré des disques de confinement et... ont fait comme nous au final.

Général en chef des aimés The Mountain Goats, John Darnielle lui s'est plongé dans le cinéma. Surtout dans le cinéma d'action, qu'il a consommé en grande quantité. En très grande quantité même à le croire. Des films aussi bien des années 60 que des années 80 qui lui ont donné envie d'écrire un album sur ces fameux action-movie si chevillés au corps de la culture américaine.

Mais plutôt que de centrer ses histoires (il y en a douze) autour du héros qui dézingue les méchants et sauve la veuve et l'orphelin, Darnielle a préféré s'attacher aux anti-héros. Aux méchants en tous genres, de ceux qui crient vengeance et font couler le sang, de ceux plus taiseux qui se tapissent dans l'ombre pour réaliser leurs méfaits ou des nobody mis dans d'inextricables situations à devoir choisir entre deux solutions tout aussi affreuses l'une que l'autre.

Plongeant aussi bien dans l'action-movie classique que film de mafieux, faisant quelques références évidentes (une chanson est nommé First Blood, titre original du film 'Rambo') ou évoquant de vrais psychopathes (Make You Suffer), il est ici question autant de menaces que de casses, autant d'otages à la merci d'un flingue que de fuites en voitures. Avec à chaque fois, en toile de fond, le mot vengeance écrit en lettres de sang.
Des histoires pas avares de paroles bien senties (un exemple parmi tant d'autres, que John Darnielle considère même comme une de ses toutes meilleurs : « We may run out of bullets, we're never going to run out of hostages », sur Hostages), qui ont pour base les clichés du genre et que Darnielle et ses Mountain Goats font vivre par de sacrés élans rock très maitrisés et efficaces (Training Montage ou Wage Wars Get Rich Die Handsome, deux bons tubes à mettre en tête de gondole, Need More Bandages), de la pop joliment troussée (Bones Don't Rust, Incandescent Ruins, Extraction Point et son cuivre langoureux) et de la balade belle à pleurer (Bleed Out, superbe chanson sur l'inéluctabilité de la mort, et qui clôt l'album du même nom).

C'est tout cet ensemble qui fait que 'Bleed Out' se révèle vite être un concept album de haute tenue, sans doute un des meilleurs albums de The Mountain Goats, et surtout un de ses plus immédiats. Décidément, l'âge n'a pas de prise sur le talent, l'écriture et l'imagination de John Darnielle (Sortie : 19 août 2022)

Plus :
'Bleed Out' de The Mountain Goats est en écoute sur leur page bandcamp
'Bleed Out' de The Mountain Goats est à l'achat sur leur page bandcamp
'Bleed Out' de The Mountain Goats est disponible également ici
'Bleed Out' de The Mountain Goats est notamment en écoute sur Deezer et Spotify

Trois chansons de 'Bleed Out' de The Mountain Goats en écoute aujourd'hui. Training Montage, ouverture de l'album à l'efficacité immédiate (en écoute également dans les playlists Spotify, Deezer et Youtube). Puis Hostages et l'histoire d'une prise d'otages. Et enfin le sublime Bleed Out :

Trois clips et/ou vidéos tirés de 'Bleed Out' de The Mountain Goats : Training Montage, Wage Wars Get Rich Die Handsome et Make You Suffer :

mercredi 30 novembre 2022

[Track of The Day] Disq - Prize Contest Life

Éloignés des spotlights et radars de la scène indie actuelle, les Disq méritent sans doute mieux que leur - relatif - anonymat du moment. Après un premier album 'Collector' en 2020 qui ne manquait pas de qualité (et dont on pourra imaginer que le COVID a cassé la trajectoire), le quintet du Wisconsin est de retour en cet automne humide avec 'Desperately Imagining Someplace Quiet'. Un disque qui oscille entre chansons pop (If Only), légèreté mélodique (The Curtain) et hymnes rock réjouissants, dont la recette a été pour beaucoup trouvée dans les années 90, autant au début ((With Respect To) Loyal Serfs, The Hardest Part) qu'à la fin (Meant To Be, This Time).

Des douze morceaux présents ici, si on retiendra l'évident tube en puissance qu'est The Hardest Part, on jettera son dévolu sur Prize Contest Life, qui résume bien l'univers de 'Desperately Imagining Someplace Quiet' : une ouverture très nerveuse, avant que la pop ne reprenne ses droits avec une mélodie mélancolique imparable, tel un soleil qui trouerait des nuages amoncelés au-dessus de nos têtes, avant que la foudre et la tempête ne s'abattent à nouveau. Grande chanson pour un vrai bon Disq.

Album : Desperately Imagining Someplace Quiet
Année : 2022
Label : Saddle-Creek

Acheter

En écoute dans les playlists Spotify, Deezer, YouTube et dans la colonne de gauche du blog

En plus des playlists Spotify, Deezer et YouTube, Prize Contest Life de Disq est également en écoute ci-dessous :

Autre chanson très réussie de 'Desperately Imagining Someplace Quiet' de Disq, voilà The Hardest Part

Le clip du tube de 'Desperately Imagining Someplace Quiet' de Disq, The Hardest Part :

mardi 29 novembre 2022

[Track of The Day] Gilla Band - Eight Fivers

C'était un dimanche soir. Le temps était humide, le ciel plein de nuages d'un gris sale qui lâchaient de temps à autre une ondée. Il faisait froid et le canapé pourtant inconfortable était mon meilleur ami. Oui mais voilà, j'avais pris quelques semaines auparavant une place pour aller voir jouer Gilla Band, ex-Girl Band, aux concerts qu'on disait aussi furieux qu'épatants. Et puis leur troisième album 'Most Normal', son noise rock aux ambitions industrielles et expérimentales, squattait plus que de raison mes canaux auditifs depuis quelques semaines. Mais aller en prendre plein les oreilles un dimanche soir alors que la fatigue pré-lundi matin m'avait déjà enveloppé ? Vraiment ?

Motivant cette plus si jeune carcasse, je me suis mis sur mes cliques, j'ai enfilé mes claques et suis parti voir ce qu'il en retournait, étant persuadé que mon état me ferait quitter les lieux au bout de vingt minutes, la tête et les oreilles écrasées par leur noise-rock. Sauf que.

Oui, sauf que, celles-ci n'ont pas voulu une seconde lâcher une pouce de terrain devant la déflagration que le groupe a balancée pendant 1h15. Comme hypnotisées. Un set d'une puissance incroyable, d'une violence dingue, d'une intensité rare et surtout d'une justesse folle. Ne tombant jamais dans la facilité, cajolant leurs compositions pour mieux les faire exploser ou leur faire partir dans des strates presque techno, les Gilla Band ont été phénoménaux de précision, ne perdant jamais leur auditoire malgré les déflagrations qui se sont succédé. Mieux, et plutôt que faire un rappel qui n'aurait pas eu de sens tant un arrêt, même de quelques minutes, aurait coupé l'euphorie de ce concert, ils ont envoyé en clôture une reprise hallucinante de Why They Hide Their Bodies Under My Garage? de Blawan. 

Au final, une prestation intense, puissante et salvatrice pour un dimanche soir qui pourtant n'attendait rien d'autre que de s'éteindre en silence. Concert de l'année.

Album : Most Normal
Année : 2022
Label : Rough Trade Records

Acheter


En écoute dans les playlists Spotify, Deezer, YouTube et dans la colonne de gauche du blog

En plus des playlists Spotify, Deezer et YouTube, Eight Fivers de Gilla Band est également en écoute ci-dessous :

Le clip de Eight Fivers de Gilla Band:

jeudi 24 novembre 2022

[Track of The Day] Nick Wheeldon - Saint Mary

Anglais de 39 ans venu de Sheffield et parisien depuis dix ans, Nick Wheeldon est arrivé tout récemment dans mes oreilles par un certain Julien Ledru, vieux compagnon numérique de route depuis 20 ans et un certain amour commun pour des canadiens taiseux et aimant le post-rock.

Tout récemment disais-je, car Nick Wheeldon vient de sortir son deuxième album solo, 'The Gift', lui qui en a des sortis un paquet au sein de groupes comme Os Noctàmbulos, The Jesus Loves Heroin Band et autres The Necessary Separations. Un disque à l'enregistrement épique, en une journée et live (« comme mes héros » dit-il lui même, dans cette longue et intéressante interview chez Buzz on Web)

De 'The Gift', au-delà d'un talent mélodique certains, transpire une vraie sincérité, d'un plaisir non feint. Mais aussi de quelques grandes chansons comme Saint Mary, avant-dernière morceau du disque - et à mes oreilles son climax - où la deuxième partie convoque autant Neil Young que le fantôme de Jason Molina pour un petit bijou de blues noir et électrique.

Quant à la suite des aventures de Nick Wheeldon ? Ce fan de Bob Dylan devrait l'inscrire dans la musique folk pour un album intitulé 'In A Wilderness Forgotten'. Un disque, je vous le donne en mille, composé et enregistré avec... Julien Ledru.


NB : A lire pour en savoir plus sur Nick Wheeldon, cette longue interview parue chez Buzz on Web en septembre dernier

Album : The Gift
Année : 2022
Label : Le Pop Club Records

Acheter

En écoute dans les playlists Spotify, Deezer, YouTube et dans la colonne de gauche du blog

En plus des playlists Spotify, Deezer et YouTube, Saint Mary de Nick Wheeldon est également en écoute ci-dessous :
 
 
Autre chanson réussie de 'The Gift' de Nick Wheeldon, voilà I Am The Storm :
 
 
Le clip de Tip Toe By Danger, un des nombreux singles extraits de 'The Gift' de Nick Wheeldon :
 

mercredi 23 novembre 2022

[Track of The Day] Weird Nightmare - So Far Gone

Gros coup de coeur de l'année parmi les coups de coeur de l'année, Weird Nightmare n'en finit plus de régaler. Après un premier album éponyme de haute volée et quelques chansons à hurler à tue-tête, après un 45-tours partagé avec Ancient Shapes, revoilà Alex Edkins avec nouveau single, So Far Gone. Et mes aïeux, ça dépote une nouvelle fois. Plus pop que les morceaux précédents et peut-être encore plus immédiat, ce titre est une petite pépite d'indie-rock, plein de guitares et à la mélodie imparable. 
 
Décidément, le frontman des METZ met tout ce qu'il a dans son projet solo. On sent qu'il y croit et qu'il aime. Et il a bien raison : tout ce qu'il a publié sous le nom de Weird Nighmare est jusque-là une réussite totale.

Album : -
Année : 2022
Label : Sub Pop

Acheter


En écoute dans les playlists Spotify, Deezer, YouTube et dans la colonne de gauche du blog

En plus des playlists Spotify, Deezer et YouTube, So Far Gone de Weird Nightmare est également en écoute ci-dessous :