jeudi 10 février 2011

Anna Calvi - Anna Calvi [Domino]

Anna Calvi ou la petite jeune femme qui fait débat. A ma droite, les amoureux de cette londonienne, nouvelle venue sur la scène musicale indé et signée chez Domino, qui voient en elle une nouvelle Patti Smith ou PJ Harvey, qui aiment son charme, sa voix et son premier album. Une fan-base qui compte, hormis les médias classiques qui lui ont tous (ou presque) tressés des lauriers ici ou à l'étranger, des gens bien comme Nick Cave, Brian Eno ou même… Jessica Alba (oui je sais, pour cette dernière, on s'en fout).

A ma gauche, ses détracteurs. Ceux qui trouvent qu'elle geint plus qu'elle ne chante, qu'elle n'est qu'un ersatz de PJ Harvey ou d'autres "rockeuses" passées, que ses chansons ne sont que des resucées bien fadasses de titres et de mélodies déjà mille fois entendus. Et que l'emballement médiatique (le nerf de la guerre est là) autour de cette jeune femme est totalement injustifié. Des détracteurs qu'on découvre essentiellement sur le net et dans la blogosphère.

Où est la vérité? A mes oreilles, au milieu. Milieu plus même. Car même si je m'attendais ici à quelque-chose de plus écorché, de plus punk, de plus hurleur; même si je ne suis pas totalement convaincu par ce premier album d'Anna Calvi; même si je lui trouve quelques temps faibles et des passages qui auraient mérités d'être plus rentre dedans, j'avoue avoir été plutôt conquis, aussi bien par la voix de l'anglaise (elle chante bien, n'en fait pas des caisses alors qu'il y avait matière à), ses compositions (de Desire à First We Kiss, de Suzanne & I à No More Woods) que par son rock sombre, électrique, rêche voire parfois voluptueux.

Plus que PJ Harvey (et dont l'ancien comparse Rob Ellis est présent à la production de cet album d'Anna Calvi, ceci expliquant sans doute cela) ou Patti Smith citées ici ou là, j'y vois personnellement plus l'ombre de Jeff Buckley (The Devil) et surtout de Chrissie Hynde autant dans le chant dans des certaines orientations musicales un peu plus lourdes.

Finalement, beaucoup de réactions face à son disque sont la preuve que l'industrie musicale et tout ce qui gravite autour a bien changé. Certains encensent un album honnête, tentant de surfer sur un buzz pour vendre plus. Et d'autres détruisent l'affaire à coups de critiques assassines pleines de mauvaise foi, en reprochant en filigrane à Anna Calvi de ne pas avoir sorti un album révolutionnaire et qui fera date dans l'histoire de la musique.

Je ne pense pas qu''Anna Calvi' est un album qui restera. Ce n'est en rien un chef d'œuvre et encore moins une bouse. Juste une belle entrée en matière pour - ce qui ne gâche rien - un joli bout de femme qui est en train de poser les bases d'une future discographie qui pourrait s'avérer être vraiment intéressante. Cette fille a quelque-chose. (Sortie: 17 janvier 2011)


Son:
Myspace (Quatre chansons d''Anna Calvi' en écoute)
Site officiel


Deux chansons en écoute. Le presque susurré No More Woods et le Pretenders-ien Desire :

Anna Calvi - No More Woods

Anna Calvi - Desire



Et pour finir le «clip» de Jezebel, premier single d'Anna Calvi sorti à l'automne dernier :



9 commentaires:

Blake a dit…

J'avoue avoir fait partie de ceux qui ont été réfractaires à Anna Calvi et sa musique, très aiguillonné par les éloges déversées par la presse, la hauteur des références citées ne m'ayant pas aidé à être conciliant j'avoue ! À moins que je ne sois pas sensible tout simplement à un rock à guitares trop classique à mes oreilles...
Mais pour peu qu'elle trouve un batteur et un arrangeur digne de ce nom et évite de forcer sur sa voix, miss Calvi peut nous réserver de bonnes surprise qui sait ? ;-)

Muffin Man a dit…

Il ne faut passe fier qu'aux références citées dans une chronique, il faut aussi faire confiance à ses oreilles et écouter. Personnellement je trouve que c'est bien ce qu'elle fait même si je l'accorde, pas de quoi en faire le disque de l'année. Elle n'en fait pas trop avec sa voix justement, elle sait la poser et la hausser quand il faut. Un joli moment pour un premier album. On attend la suite.

-Twist- a dit…

@ Blake: forcément moins sévère que toi, on est d'accord: elle a du potentiel la bougresse. :)

@ Muffin Man: Exactement. J'ai entendu certains dire qu'elles beuglaient alors qu'au contraire, je la trouve très juste.
Sinon, chouette blog:
http://the-muffinman.blogspot.com/

richard a dit…

Je trouve que ça s'écoute parfaitement. Il y a de plus un petit côté Siouxsie pas désagréable.

-Twist- a dit…

Dur à dire tant je connais très peu la disco de Siouxsie et ses Banshees mais je vais te faire confiance!

Muffin Man a dit…

Merci Twist pour ce compliment qui me va droit au coeur !
J'aime beaucoup le tien aussi. Il fait référence à mes yeux et je vais faire quelque chose que j'aurais du faire depuis longtemps : mettre un lien sur mon blog !
A plus tard !

-Twist- a dit…

Mais alors là, de rien. Vraiment. :)

mr.suaudeau a dit…

Ah oui monsieur! L'envolée finale sur The Devil c'est du Jeff Buckley pur jus, j'en ai perpétuellement des frissons.
Effectivement, on ne peut pas parler de grand album, mais pourtant, jamais un artiste n'a produit une ambiance qui se rapproche autant de celle de Grace.
Quant au chant de la miss, j'avoue être légèrement agacé par le constant vibrato sur les notes tenues. J'aime tellement les voix pures dans ces moments-là.
Enfin enfin, moi j'aime beaucoup ce que fait le batteur; le jeu de guitare d'Anna Calvi est hallucinant; un vrai bassiste n'aurait fait que du bien (en concert y'en n'aura point).

-Twist- a dit…

Au contraire, j'aime sa voix, encore plus dans ces moments là. Et pourtant je suis aussi exigeant. Mais là ca passe vraiment tout seul.
Quant à Buckley, ca m'a sauté aux oreilles sur qqs accords. C'est évident oui.