jeudi 31 janvier 2008

MGMT - Oracular Spectacular [Columbia]

'This is our decision to live fast and die young / We've got the vision, now let's have some fun / Yeah it's overwhelming, but what else can we do? / Get jobs in offices and wake up for the morning commute?’. Voila comment débute Time to Pretend, le morceau qui ouvre ‘Oracular Spectacular’, le premier album de MGMT (duo de ptits gars de Brooklyn) et - surtout - une des merveilles de l'année 2008 qui s’ouvre à peine (et qu’il sera assez difficile de détrôner des plus hautes marches de mon podium de décembre prochain, je l’annonce avec onze mois d’avance).

Oh, bien sûr, je vous vois venir avec vos petits doigts levés et vos airs renfrognés : « euh didonc l’ami, tu disais pas déjà ça du British Sea Power y a à peine une semaine ? ». Oui, j’avoue. Mais c’est tout moi ça : quand j’aime, je m’enthousiasme, je m’emballe, j’aime être plein d’emphase pour des groupes qui me touchent. Et comme j'aime partager...

Alors oui, ce MGMT me plaît au plus haut point. Un disque foutraque dans le genre du Yeasayer (avec qui ils tournent d’ailleurs). Mais en mieux encore. Imaginez une seconde : un peu de Grandaddy, beaucoup de Sleepy Jacksons (dans la voix et les ambiances), un poil de Beck, un brin d’Animal Collective (dans les rythmiques surtout) et du David Bowie (flagrant sur Weekend Wars et Handshake). En gros, de la pop psyché comme il faut, avec des synthés de partout, de la reverb comme s’il en pleuvait, une production aux oignons (merci Dave Fridmann), des références dans tous les sens - mais largement digérées - et un côté kitsch des plus savoureux.

‘Oracular Spectacular’ pue la classe, aligne les tubes et les grands morceaux – allez, au hasard, deux, comme ça : Kids (qui sent les remix à plein nez avec sa production electro) et Electric Feel (groovy et funky), voir plus bas – et des textes qui tiennent vraiment la route.

Comme celui du début de cette chronique. Car c’est peut-être aussi cela qui me plait chez ce groupe : ce j’m’en-foutisme auquel on aspire un peu tous, ce besoin de vivre plutôt que de suivre une voie toute tracée, cette nécessité de prendre des risques et de faire comme bon nous semble, de tout envoyer balader, les conventions et le reste, de ne pas vivre avec des regrets – car qu’y a-t-il que de pire que les regrets ?, d’oser et d’oser oser. Toujours. Voilà le sentiment qui transpire de cet album.
Et c’est assez paradoxal au final quand on pense que MGMT est la contraction de Management (leur ancien nom de scène) et que ‘Oracular Spectacular’ sort sur une bonne grosse major qui va bien. Une ambivalence qui joue sûrement aussi, inconsciemment.

Ces New-Yorkais semblent tellement vrais, tellement tarés (à voir absolument, plus bas : le clip de Time to Pretend, summum kitschouille, avec couleurs pétantes, troupeaux de zèbres sous ecsta et une bande de tarés fans de tir à l’arc. Du grand art) qu’on adhère automatiquement. ‘I'll move to Paris, shoot some heroin and fuck with the stars / You man the island and the cocaine and the elegant cars’, qu’ils disent dans Time to Pretend. Jeunes branleurs va.... bougez pas, j’arrive! (sortie: 22 janvier 2008)

Nb : l’album est sorti à l’automne 2007, mais de façon digitale. Physiquement, il n’est sorti qu’en 2008. Et comme un mp3 mal encodé ne remplacera jamais un disque bien physique, je considère donc qu’il est bien de 2008.

Nb2: il existe une cover-bis. A tel point qu'on ne sait laquelle utiliser. Je ne résiste pas à vous la coller ci-dessous. Parfaitement dans l'esprit:














Son :
Myspace
Site officiel

Pour bien faire, deux titres, comme d’habitude, Kids et Electric Feel, malheureusement plus en écoute:


Et pour finir, et comme promis, le clip de Time to Pretend (ça se voit que j’aime ce morceau, qui date pour info de 2005 et de leur premier et seul Ep, ou pas ?), décalé à souhait, avec un chat volant pour monture, des couleurs que l’on croyaient mortes avec les années 80 et un mauvais goût délicieux :


Et si vous voulez la vidéo en excellente qualité (et sur votre disque dur), cliquez-là. En plus, c'est tout ce qu'il y a de plus légal, ça provient de leur site officiel.

9 commentaires:

Anonyme a dit…

En concert à La Route du Rock d'hiver le 23 février 2008 à Saint-Malo (avec Caribou, Vic Chesnutt, Le Loup, ...).

-Twist- a dit…

Ami Anonyme, je veux un compte rendu hein. Je sais pas du tout ce que ca donne sur scene. :)

PtitRouf a dit…

J'aime bien, il va falloir que j'aille fouiller de ce côté-là et en écouter un peu plus. Merci pour ces jolies découvertes colorées!

-Twist- a dit…

Tu peux y aller hein. Et il est à un prix derisoire chea caiman amerique. :)

Erwan a dit…

Ce groupe m'énerve déjà... et je sens qu'on va en bouffer toute l'année!

Gensé. a dit…

Encore une belle découverte que tu nous offres la, twist !

-Twist- a dit…

@ Erwan: Uhm, pas dit. Ils sont chez Sony, donc Columbia si j'ai bien tout suivi. Et Columbia et le marche francais hein...

MrMeuble a dit…

Bon ça y est, j'ai mais du temps, a base de quelques écoutes par ci par là, mais cette fois je suis tombé dans la marmite. C'est un régal ! Merci pour ce bel article qui m'a convaincu de ne pas le mettre de coté trop longtemps.

-Twist- a dit…

@ Mrmeuble: Uhm, ca fait plaisir. Franchement, je réécoute et réécoute 'Time to Pretend', c'est le genre d'hymne qui il y a 20 ans aurait marqué toute une génération. Avec l'arrivée du net, du téléchargement, etc, ca ne sera pas le cas. Et pourtant... quel titre!