samedi 28 février 2009

[Oldies] Wanda Robinson – Black Ivory (1971)

Quand j’ai découvert ce disque, je me suis dit d’emblée que je devais en parler un jour dans la partie Oldies de ce blog.
Afin d’en savoir un peu plus sur Wanda Robinson, j’ai cherché ici et là des informations la concernant. Résultat? Rien, ou presque. Wikipédia l’évoque à peine, Allmusic recense tout juste ses deux albums et le reste est très pauvre, se limitant la plupart du temps à une liste sans fin de disquaire s en ligne. A croire que Wanda Robinson n’existe pas.

Pourtant, elle est belle et bien réelle. Elle a même sorti deux albums, dont le premier, ‘Black Ivory’ dont il est question aujourd’hui, est un véritable bijou et qui ne connaît pas vraiment d’équivalent au début des années 70.

Wanda Robinson voit le jour en 1950 à Baltimore aux États-Unis, dans une fratrie dirigée par sa grand-mère et qui comptera jusqu’à 10 enfants. Une jeune fille qui se découvre rapidement une passion pour l’écriture; passion qu’elle développe en se faisant payer pour écrire les lettres d’amour que ses amies envoient à leurs petits copains partis combattre au Vietnam. Des débuts assez innocents et futiles en quelques sortes.

Mais la politique n’est pas loin. Et son entrée à la fac change la donne. Wanda Robinson s’implique et écrit des poèmes sur le monde qui l’entoure.
Un jour, elle entend ‘This Is My Beloved’ d’Arthur Prysock, poète à ses heures, et décide de faire la même chose. Ni une, ni deux, elle s'enregistre lisant ses poèmes sur une musique déversée par un poste radio. Elle fait écouter le résultat à ses amies de fac, un dj local la diffuse et Perception Records, rien de moins, la contacte et la fait signer.

A son arrivée au label, elle sélectionne des morceaux de Black Ivory, un trio soul de Harlem signé chez Perception, qui fait là office de backing band et qui donnera son nom à l'album.

Un disque où Wanda Robinson ne chante pas mais déclame ses poèmes. Car elle reste avant tout une lyricist, une poétesse; une sorte de slameuse avant l’heure. Les textes de ‘Black Ivory’ sont ceux d’une jeune femme qui en a gros sur le cœur et qui, derrière un calme apparent et une voix qui ne tremble pas, est en plein tourment. Les paroles sont noires et évoquent la société américaine de l’époque, sa politique et tous ses travers.

La musique de Black Ivory est ébouriffante sur certains passages (Parting Is Such ou Tragedy No. 456 6.04, grande chanson désabusée), oscillant entre soul et jazz (un côté renforcé par la production du compositeur et pianiste de jazz Anthony Davis).
Bref, 'Black Ivory' est un très bel album, qui, trois quarts d’heure durant, présente des textes engagés, alliés à une musique qui n'en fait pas trop et laisse toujours la priorité aux écrits, le tout porté par une voix où se battent férocité et douceur.

L’enregistrement de ce disque sera le seul de Wanda Robinson. Elle ne se fait pas à cette vie d'artiste musical, et bien qu’elle s’attache sérieusement à la promotion de ce 'Black Ivory', la lassitude la gagne et elle fuit, préférant trouver un travail plus, «classique» tout en se promettant de ne jamais plus côtoyer un label ou des producteurs.

En 1973, Perception sort son second album, ‘Me and My Friends’, morceaux tirés des sessions de ‘Black Ivory’, sans l’en informer – Wanda Robinson avoue d’ailleurs n’avoir jamais écouté le disque dans son intégralité. Puis plus rien.

Aujourd'hui, Wanda Robinson n'est plus une artiste musicale. Elle a d'ailleurs changé son nom en Laini Mataka. Elle est devenue poétesse et publie régulièrement des recueils de ses écrits, toujours aussi engagés si l'on en croit ce que l'on peut en trouver sur le net.
Et même si quelques artistes sur ces deux dernières décennies se sont emparés de quelques unes de ses «chansons» (de Dj Shadow à Pressure Drop), elle reste encore aujourd’hui une artiste très confidentielle.

En 2006, un long article du Wahsington City Paper lui était consacré (dont la plupart des informations présents dans ce papier sont tirées, voir ici). Laini Mataka y avouait alors son désir de publier des morceaux enregistrés quelques mois auparavant suite à l'invitation d'un ami. Elle pensait même prendre des cours de chant. Pour retourner, beaucoup plus sérieusement cette fois-ci, en studio.


Première sortie : 1971 [Perception]
Dernière réédition : 2005 [Breathless]

En écoute, trois titres, assez représentatif de cet album. Parting is Such, le morceau le plus «soul» de ce ‘Black Ivory’ où bien qu’elle déclame son poème, Wanda Robinson semble chanter. Tragedy No. 456 6.04, longue mélopée de six minutes sur les tourments d'un homme amoureux fou et, pour finir, The Final Hour, où la fin des déchirements précédents :



12 commentaires:

mehsar a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
-Twist- a dit…

Pleasure Mr/Mme/Miss (rayer les mentions inutiles) Mehsar. :)

mehsar a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
mehsar a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
mehsar a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
-Twist- a dit…

Non non, il n'y avait pas d'erreur. Tout était bon. :)

le roi fou a dit…

Je viens de me prendre ce que nos amis anglophones appellent un "eargasm". La musique a une classe folle, et je dit ça alors que je viens de m'écouter "Hot Buttered Soul" de Isaac Hayes.

En spoken word, une chanson que j'aime passionnément, c'est "The Return to Innocence Lost" par The Roots, avec Ursula Rucker au micro (sur l'album "Things Fall Apart"). C'est dur, sombre, tendre, triste et plein d'espoir a la fois. Magnifique.
Par contre, quand je dit que c'est dur, c'est pas volé hien.

-Twist- a dit…

Oui, bien d'accord sur The Return to Innocence Lost. Très beau morceau que je n'ai pas écouté depuis des années. Elle a une force dans son phrasé et un flow vraiment délicieux.

Pour Wanda, faudrait que j'écoute le groupe Black Ivory. Parce que je ne suis pas sur que le groupe joue effectivement sur l'album. Je pense qu'elle a pris les pistes instrumentales et a posé sa voix dessus. Donc ça doit valoir le détour. Je vais me renseigner.

Anonyme a dit…

Merci, j ai découvert l album un peu par hasar, et j' ai été très agréablement surpris. J'ai une émission de radio consacrée a la soul et au jazz, je ne manquerai pas de passer un morceau de " wanda Robinson
" avec grand plaisir ....tous les mardi a 21h sur Rvvs "" sweet n funky "" ou en poadcast sur le site de la radio RVVS 96.2 ......P E A C E

-Twist- a dit…

Tu as un lien vers ton émission? Hésite pas à le balancer ici!

Christophe (aka MarioC) a dit…

Je viens de découvrir Wanda Robinso par Brer Soul (http://brersoul.over-blog.net/article-wanda-robinson-tragedy-no-456-80888102-comments.html).

en faisant une recherche glouglou, je tombe aussi sur ton précieux billet, cher Twist, qui me donne envie d'aller plus loin pour découvrir cette femme d'une puissance incroyable.

-Twist- a dit…

Tiens, je ne l'ai pas écouté depuis bien longtemps. Ton commentaire va me faire m'endormir avec elle! :)