mercredi 25 novembre 2020

[Track of The Day] Arab Strap - Compersion, Pt. 1

Les reformations ne sont jamais signe de grande réussite et peu peuvent se targuer d'avoir transformé l'essai depuis que l'évènement est devenu mode (seuls Dinosaur Jr. et Swans me viennent à l'esprit là tout de suite). Pour autant, il n'est pas absurde de penser que la reformation d'Arab Strap sera faite de ce bois là.

Car oui, Arab Strap est de retour. Oui, 'The Turning of Our Bones 7"' n'aura pas été qu'une simple récréation - horrifique - entre deux de leurs projets respectifs. Plutôt une rampe de lancement vers un nouvel album. Le septième en tout et le premier depuis 15 ans et 'The Last Romance'. Enfin 16 ans plutôt vu que 'As Days Get Dark' sortira le 5 mars prochain chez Action Records.

Pourquoi être confiant me demanderez-vous ? Parce qu'Aidan Moffat et Malcolm Middleton ont depuis 15 ans continué leurs aventures chacun de leur côté et avec brio. Parce qu'Aidan Moffat et Malcolm Middleton sont deux personnalités à part et qu'ils semblent avoir assez de recul sur la chose discographique et l'industrie musicale. Parce que Malcolm Middleton avait précisé qu'ils ne referaient un album que si musicalement cela faisait sens. Parce que The Turning of Our Bones était un sacré ballon d'essai (et qui ouvrira d'ailleurs 'As Days Get Dark'). Parce que le titre de l'album et sa pochette montrent qu'ils n'ont rien perdu de leur humour, de leur humeur et de leur causticité.

Mais surtout parce le premier extrait de 'As Days Get Dark', Compersion, Pt. 1, donne envie d'en savoir plus. Une chanson toute Arab Strap s'il en est (disons de seconde partie de carrière), à la mélodie sombre comme on les aime et où il est question de sexe, de sentiments, de pinte de bière et de plan à quatre sinistre dans une chambre d'hôtel avec un jeune couple marié. Tout ceci promet.

Album : As Days Get Dark
Année : 2021
Label : Rock Action

Acheter

En écoute dans les playlists Spotify, Deezer, YouTube, Qobuz et dans la colonne de gauche du blog

En plus des playlists Spotify, Deezer, YouTube et Qobuz, Compersion, Pt. 1 d'Arab Strap est également en écoute ci-dessous :

Le clip sensuel, poisseux et en même temps coquin de Compersion, Pt. 1 d'Arab Strap. Ci-dessous dans sa version non-censurée, même si on ne peut pas dire que ce soit bien scandaleux. Mais j'imagine qu'ils n'ont pas voulu tenter le coup sur youtube et se faire striker leur vidéo (la version "PEGI 12" est disponible sur youtube) :

 

mardi 24 novembre 2020

[Track of The Day] Beach Youth - Love Yourself II

Pendant ce temps-là, du côté de Caen, les Beach Youth vont bien, merci pour eux. Après deux Ep remarqués (dont 'Singles Ep' dans ces pages), ceux qui se définissent comme un "surf-pop band" viennent d'enfoncer le clou avec Love Yourself II, une chanson on ne peut plus sautillante et estivale, et second extrait de leur premier album à venir en 2021, 'Postcard'.

Alors oui, à son écoute, on se dit qu'il aurait été bienvenu de la sortir cet été (c'est un autre single, Two Bedrooms, qui a eu cet honneur), qu'on aurait aimé danser sur ses guitares et sa mélodie ensoleillées. Mais on se satisfera pleinement d'en profiter en novembre et en ces temps de contraintes toujours plus déprimantes. En dansant dans son salon, seul ou avec sa moitié. Mais en dansant tout de même.

Album : Postcard
Année : 2021
Label : Music From The Masses (FR) / Wewant2Records (FR) / Shelflife (USA)

Acheter

En écoute dans les playlists Spotify, Deezer, YouTube, Qobuz et dans la colonne de gauche du blog

En plus des playlists Spotify, Deezer, YouTube et Qobuz, Love Yourself II de Beach Youth est également en écoute ci-dessous :

 

Le clip de Love Yourself II de Beach Youth :

lundi 23 novembre 2020

[Track of The Day] Jenny - Stupid Band

La jeune femme qui habille la pochette de ce premier Ep de Jenny n’est pas Jenny. Pour ainsi dire, elle n’en fait même pas partie. Mais qui est donc Jenny me direz-vous ? Le groupe indonésien du même nom qui a sorti deux albums à 40 ans d’intervalle ? La chanteuse italienne qui en 1977 sortit un 45-tours pour enfants 'Oba-Ba-Luu-Ba / Ninna-O' ? Que nenni. Jenny est américain et la dernière création d’un certain Justin Maurer, vieux (semble-t-il) routier de la scène punk américaine.

'Jenny' est le premier Ep de Jenny. Un disque pas cartoonesque pour un sou (quoiqu’en dise sa pochette aux couleurs criardes et à la typo ronde) et à deux faces : la première, enregistrée en Californie, aux trois titres power-pop/punk et garage (dont Stupid Band en écoute aujourd’hui) et la seconde, plus calme, enregistrée dans l’Arizona (cela n’est pas anodin) et où Justin Maurer fait montre d’un talent certain pour la balade tuante venue des sixties (Song for Sadie). Cinq titres un peu cradingue, do it yourself, quelque part assez retro, et réussis.

Album : Jenny
Année : 2020
Label : Wanda Records

Acheter

En écoute dans les playlists Spotify, Deezer et YouTube et dans la colonne de gauche du blog

En plus des playlists Spotify, Deezer et YouTube, Stupid Band de Jenny est également en écoute ci-dessous :

 

En écoute également, Song For Sadie, qui montre une autre facette de Jenny :

vendredi 20 novembre 2020

[Track of The Day] Dry Cleaning - Scratchcard Lanyard

Pour l'instant, on en sait pas plus : Scratchcard Lanyard sera t-elle sur le prochain (le premier) album des anglais de Dry Cleaning, un disque qui ne devrait plus trop tarder ? C'est à voir. Ce qu'on sait en revanche, c'est que leur signature chez 4AD (excusez du peu) est tout sauf une surprise. C'est même largement mérité. Car répétons le : leurs deux premiers Ep ('Sweet Princess' et 'Boundary Road Snacks And Drinks') étaient d'un acabit tel qu'il ne pouvait en être autrement. Ces deux disques puaient la classe. Celle d'un post-punk un brin arty ; celle de chansons sans concession et  d'un trio guitare/basse/batterie affûté ; celle de la voix monocorde de Florence Shaw, qui parle plus qu'elle ne chante, comme complètement détachée de son environnement proche.

Ce premier morceau pour la maison mère britannique rassure en tout cas : les Dry Cleaning n'ont pas changé leur fusil d'épaule. La production est très proche, le style, le rythme et la composition restent vraiment dans la même tonalité. Et les textes parlent toujours autant du quotidien et de questions existentielles - ou non. Tant est si bien que Scratchcard Lanyard se serait très bien intégré aux deux Ep précédents. Il en a la même prestance.

Album : -
Année : 2020
Label : 4AD

Acheter

En écoute dans les playlists Spotify, Deezer, YouTube, Qobuz et dans la colonne de gauche du blog

En plus des playlists Spotify, Deezer, YouTube et Qobuz, Scratchcard Lanyard de Dry Cleaning est également en écoute ci-dessous :

Le clip particulièrement réussi de Scratchcard Lanyard de Dry Cleaning :

jeudi 19 novembre 2020

[Track of The Day] The Little Hands of Asphalt - No Reception (feat. Elizabeth Morris)

Après le retour des Team Me hier, osons donc le doublé norvégien avec The Little Hands of Asphalt, projet au long cours de Sjur Lyseid (4è album depuis 2009, le premier depuis 8 ans) qui malgré son nom - à rallonge - ne fait pas dans la musique obscure bardée de guitares.

Non, The Little Hands of Asphalt fait dans la pop, entre guitare et piano, produite sans folie mais proprement. Son dernier album en date, 'Half Empty', est sorti en avril dernier chez les toujours sûrs anglais de Fika Recordings, et il est rempli d'histoires pleines de mélancolie qui transpirent de beaux arrangements et de textes soignés (bien que Sjur Lyseid s'en défende sur Writing About Music« I'm not the Fred Astaire of words. I just dance about architecture »).

Pour autant, 'Half Empty' n'est pas rempli que de balades à pleurer et s'autorise quelques passages plus énergiques comme No Reception (en écoute ce jour) qu'il partage avec la trop rare Elizabeth Morris de feu Allo Darlin' (qui n'est d'ailleurs pas la seule invitée de ce disque, au générique duquel on retrouve également Moddi). Une chanson qui se révèle très vite à l'image de l'album : entêtante.

Car cet album de The Little Hands of Asphalt (qui aurait mérité quelques mots de plus tant il aura rythmé mon année 2020) est une réussite complète. Le genre d'album anodin de prime abord, assez lisse, mais qui en se dévoilant peu à peu prouve qu'il est bien plus que ça ; un disque dont on comprend assez vite qu'il va devenir un compagnon de route sûr des joies et des malheurs prochains. Un peu comme le 'Say I Am You' de The Weepies (auquel on pourrait quelque part le comparer du reste) dont les chansons, 14 ans après, n'ont toujours pas fini de nous charmer. 
 

Album : Half Empty
Année : 2020
Label : Fika Recordings

Acheter


En écoute dans les playlists Spotify, Deezer et YouTube et dans la colonne de gauche du blog

En plus des playlists Spotify, Deezer et YouTube, No Reception de The Little Hands of Asphalt (avec la voix d'Elizabeth Morris) est également en écoute ci-dessous :

Autre chanson de 'Half Empty' de The Little Hands of Asphalt, voilà Dystopian Sci-fi :

 


mercredi 18 novembre 2020

[Track of The Day] Team Me - Into The Wild

Un vendredi de novembre 2012, lors d'une soirée du Festival des Inrocks et devant un public de plus en plus clairsemé (les fans de Citizens!, nombreux ce soir là, ayant peu à peu préféré prendre la tangente), Spiritualized avait donné une prestation immense et habitée de pop et de psychédélisme, emmenant son monde dans des hauteurs que le public n'osait espérer, en livrant notamment une version incroyable de So Long You Pretty Things, une des grandes chansons de leur album 'Sweet Heart Sweet Light' sorti quelques mois plus tôt.

Mais cette soirée ne fut pas belle que grâce à la bande à Jason Pierce. Si l'on met de côté des Citizens! sans intérêt aucun, si The Maccabees offrit un set très solide, il y eut surtout Team Me, combo norvégien de 8 membres dont l'euphorie scénique et surtout la découverte (ce soir là !) de leur chanson With My Hands Covering Both of My Eyes I Am Too Scared to Have a Look at You Now me fit tomber à la renverse. Un hymne épique, aux grandes cavalcades rythmiques et à chanter à tue-tête.

Pourtant, Team Me ne dura pas et jeta l'éponge deux albums et quelques années plus tard. Sauf que, le temps ayant sans doute fait son affaire, Team Me a repris du service en février 2019, s'est remis à composer quelques singles ici et là dont Into The Wild, sorti en début d'année chez Propeller Recordings. Une chanson plus sombre, moins festive, moins fraîche et sans l'énergie communicative de With My Hands..., mais pour autant très appréciable, avec toujours ce chant à plusieurs voix, une belle montée progressive et une mélodie que l'on s'accapare dès les premières notes.

Album : -
Année : 2020
Label :
Propeller Recordings

Acheter

En écoute dans les playlists Spotify, Deezer, YouTube, Qobuz et dans la colonne de gauche du blog

En plus des playlists Spotify, Deezer, YouTube et Qobuz, Into The Wild de Team Me est également en écoute ci-dessous :
 

mardi 17 novembre 2020

[Track of The Day] Caleb Landry Jones - I'm On Top of The World

Non content d’avoir sorti, si ce n’est l’album de l’année, au moins un des plus importants de 2020 avec 'The Mother Stone', Caleb Landry Jones n’en finit plus de s’éclater dans sa nouvelle vie de musicien. La preuve avec ce nouveau single I’m On Top of The World et sa face-B Jug A Long Jam.

Deux chansons absentes de 'The Mother Stone' mais qui n’y auraient pas fait tâche. On retrouve tout cette pop-psyché et baroque que Caleb Landry Jones adore. Deux chansons qui partent dans un sens, sont sur le point de trébucher avant de répartir vers l'avant, plus généreuses que jamais. Deux morceaux pop grandiloquents, aux accents de cabaret, et une nouvelle fois épatants.

NB : Notons que pour les plus fans (et au portefeuille fourni), ce single a droit à une édition en 45-tours, pressée à uniquement à 100 exemplaires et dont les artworks (il y en a plusieurs) ont été entièrement réalisés à la main.

Album : I'm On Top of the World 7"
Année : 2020
Label : Sacred Bones

Acheter


En écoute dans les playlists Spotify, Deezer, YouTube, Qobuz et dans la colonne de gauche du blog

En plus des playlists Spotify, Deezer, YouTube et Qobuz, I'm On Top of The World de Caleb Landry Jones est également en écoute ci-dessous :

Face-B de ce 'I'm On Top of the World 7"' de Caleb Landry Jones, voilà A Jug A Long Jam :

lundi 16 novembre 2020

[Track of The Day] The Reds, Pinks and Purples - Sex, Lies & Therapy

J'aurais pu vous dire que The Reds, Pinks and Purples est le nouveau projet de Glenn Donaldson des Skygreen Leopards. J'aurais pu vous dire que The Reds, Pinks and Purples vient de Los Angeles et que 'You Might Be Happy Someday' est leur deuxième album (et qu'il a d'ailleurs plus les allures de mini-album avec ses 8 chansons et ses 24 minutes).

J'aurais pu aussi vous dire à quel point leur jangle-pop mélancolique et torturée rend tout chose. Que les textes qui abritent 'You Might Be Happy Someday' ne respirent pas la joie de vivre. Et qu'il y a du Smiths chez The Reds, Pinks and Purples.

J'aurais pu vous dire aussi que Last Summer in a Rented Room a longtemps eu mes faveurs, démarrage parfait d'album. Mais que depuis, chaque chanson devient peu à peu un coup de coeur, l'une remplaçant l'autre autre au gré des écoutes, avant que celle-ci ne retrouve sa place. J'aurais pu vous dire qu'en ce moment, c'est Sex, Lies & Therapy qui me met par terre, autant par sa musique que par son texte. J'aurais pu vous dire plus simplement que 'You Might Be Happy Someday' de The Reds, Pinks and Purples est sans conteste un des plus beaux disques sortis en 2020. Et que sa très belle pochette, qu'on croirait être un dessin tant elle est colorée et calibrée, n'y est sans doute pas pour rien.

J'aurais pu oui. Mais vu que Xavier Mazure a écrit chez Section 26 un beau papier à propos de cet album, je vais plutôt vous conseiller de le lire. Vous comprendrez vraiment pourquoi ce disque est aussi réussi.

Album : You Might Be Happy Someday
Année : 2020
Label : Tough Love

Acheter

En écoute dans les playlists Spotify, Deezer, YouTube, Qobuz et dans la colonne de gauche du blog

En plus des playlists Spotify, Deezer, YouTube et Qobuz, Sex, Lies & Therapy de The Reds, Pinks and Purples est également en écoute ci-dessous :

The Reds, Pinks and Purples ont également sorti vendredi dernier un nouveau single, Let's Pretend We're Not in Love. Et il vaut le détour :

vendredi 13 novembre 2020

Lewsberg - In This House [-]

Bon an, mal an, on va finir par arriver à mettre un terme à cette année confuse, irritante, déprimante et plutôt insupportable. Encore sept longues semaines et on y sera. Évidemment, remplacer un « 0 » par un « 1 » ne changera sans doute pas grand chose à notre quotidien, mais au moins psychologiquement, cela sera un - bon - début.

Et en cette fin d'année qui s'annonce, à l'heure où il faudra oublier les malheurs et se souvenir des belles choses, on fera attention de ne pas oublier de mettre dans la colonne « positif » 'In This House', le second album de Lewsberg, quatuor parmi les plus épatants de ces dernières années.

Pourquoi ce rappel ? Car ce disque est sorti au début du printemps dernier et qu'il faut le (re)mettre à l'honneur à l'heure où les bilans annuels vont tomber, tant sa beauté ne se dément pas, huit mois après. Plus équilibré (ou homogène c'est selon) que son prédécesseur 'Lewsberg' (pourtant une formidable mise en bouche), la jangle-pop des néerlandais, leur art-rock, leur post-punk faussement léger ou leurs percées noise langoureuses fonctionnent comme une drogue. Il y a ici une mélancolie capitonnée par une production un peu sourde qui sied parfaitement à l'ensemble - et qui n'empêche pas les guitares de briller -, des mélodies répétitives et une voix qui danse tantôt avec elles, tantôt en faisant un pas de côté.

Si les fantômes - évidents - du Velvet Underground (et de Lou Reed) ou de Television ne sont jamais très loin, si l'on jurerait que Nico est parfois sur le point de débarquer (At Lunch lui aurait été comme un gant), difficile aussi de ne pas entendre dans les chansons des Lewsberg un peu de Belle & Sebastian des débuts ou la morgue de Parquet Courts assagis. Beaucoup de choses d'hier et d'aujourd'hui donc, histoire de prouver qu''In This House' n'est pas un disque du passé. Mais plutôt d'un autre temps. Un pied là-bas, un pied ici et le reste plus loin, comme ailleurs. Finalement inclassable et sans doute indémodable pour un moment. (Sortie : 27 mars 2020)

Plus :
'In This House' de Lewsberg est à l'écoute sur leur page bandcamp
'In This House' de Lewsberg est à l'achat sur leur page bandcamp
'In This House' de Lewsberg est à l'écoute sur, notamment, Deezer et Spotify

 

Trois chansons de 'In This House' de Lewsberg en écoute aujourd'hui. Ouvrons le bal avec Cold Light of Day (en écoute également dans les playlists Spotify, Deezer, YouTube et Qobuz). Continuons avec Through The Garden (single qui vient de sortir en 45-tours), chanson la plus énergique de 'In This House'. Et fermons le tout avec The Door, et son noise langoureux :



Deux clips tirés de 'In This House' de Lewsberg, At Lunch et From Never to Once :


jeudi 12 novembre 2020

[Track of The Day] Smokescreens - I Love Only You

Il y avait eu 'Used to Yesterday', album frappant non pas par son style (de l’indie-pop à guitares) mais par sa capacité à s’extraire du tout venant du genre. Un disque de grande qualité de la part de Smokescreens, confirmé - en quelques sortes - par le projet solo de leur guitariste Corey Cunningham l’année suivante, Business of Dreams et son recommandable 'Ripe for Anarchy'.

Deux ans ont passé, et le trio californien remet le travail sur l’ouvrage. Et prouve qu’il n’a rien perdu de sa verve, de ses guitares et plus généralement de son travail d’écriture. Condensé (8 titres pour 23 mns), 'A Strange Dream' aligne les titres d’indie-pop de qualité, en lorgnant même vers le Velvet Underground sur I Love Only You. Produit par David Kilgour (qui réalise aussi la pochette) de The Clean, ce troisième album des Smokescreens est peut-être moins irrésistible que 'Used to Yesterday' mais encore une fois largement au-dessus de la mêlée.

Album : A Strange Dream
Année : 2020
Label : Slumberland Records

Acheter

En écoute dans les playlists Spotify, Deezer, YouTube, Qobuz et dans la colonne de gauche du blog

En plus des playlists Spotify, Deezer, YouTube et Qobuz, I Love Only You de Smokescreens est également en écoute ci-dessous :

Autre chanson tirée de 'A Strange Dream' de Smokescreens, voilà I Want to Know :

Le clip de I Love Only You, premier single de 'A Strange Dream' de Smokescreens :

mercredi 11 novembre 2020

Ethan P. Flynn - B-Sides & Rarities: Volume 1 [Young Turks]

Dans une industrie musicale qui n'aime rien de plus que de regarder dans le rétro en rééditant des albums - pas toujours majeurs - en les entourant de démos, de face-B et autres prestations live (plus ou moins) abouties, laissez moi vous présenter Ethan P. Flynn, 21 ans au compteur et qui vient de sortir 'B-Sides & Rarities : Volume 1'. Mais, à la différence de la mode en vigueur, il semble que notre jeune anglais est plus dans le pied de nez qu'autre chose. Car de raretés ou de face-B il ne sera pas question ici vu que ce disque, bien qu'une compilation de chansons écrites par Ethan P. Flynn entre 2015 et 2018, est avant tout son premier album, tant l'homogénéité y est grande.

S'il a su attirer quelques premiers regards avec une première mouture de ce disque en 2019 (7 titres seulement contre 10 ici et un tracklisting différent), c'est (sans doute ?) suite à sa participation à l'album de FKA Twigs l'an passé (il a co-écrit le titre Home With You avec l'anglaise sur 'Magdalene') qu'il a suscité l'intérêt de Young Turks Recordings (FKA Twigs donc, mais aussi Kamasi Washington, Holy Fuck et autres XX) qui publie donc ce 'B-Sides & Rarities : Volume 1'.

Un disque tout à fait épatant, superbement produit et joliment arrangé, un melting-pop attachant et de guingois, plein de sonorités électroniques et r'n'b, d'arrivées musicales impromptues, de clappings et de chœurs. Pas avare de balades mélancoliques tuantes, le tout est chanté d'une voix que d'aucuns diront qu'elle en fait parfois un peu trop, mais qui est belle, pleine de nuance et surtout à l'unisson de ses chansons.

Rappelant par moment Get Well Soon (ou une version 2.0), rapidement addictif, 'B-Sides & Rarities: Volume 1' est un disque tout à fait admirable,  qui révèle un sacré compositeur/arrangeur/producteur. Et qui fait nous interroger : et si la démarche d'Ethan P. Flynn était sincère et qu'il considérait vraiment que ces 10 chansons étaient loin d'être ses meilleures ? (Sortie : 10 septembre 2020)

Plus :
'B-Sides & Rarities: Volume 1' d'Ethan P. Flynn est à l'écoute sur sa page bandcamp
'B-Sides & Rarities: Volume 1' d'Ethan P. Flynn est à l'achat sur sa page bandcamp
'B-Sides & Rarities: Volume 1' d'Ethan P. Flynn est également en écoute chez Deezer et Spotify


Trois chansons de 'B-Sides & Rarities: Volume 1' d'Ethan P. Flynn sont en écoute aujourd'hui. Are You Doing This to Hurt Me (en écoute dans les playlists Spotify, Deezer, YouTube et Qobuz) qui ouvre l'album. Puis le sublime It's Only Me. Et l'onirique Everybody's Dying to Meet You pour finir :





 
Trois clips tirés de 'B-Sides & Rarities: Volume 1' d'Ethan P. Flynn : Are You Doing This to Hurt Me, What You Do to Me et Everybody's Dying to Meet You :





mardi 10 novembre 2020

[Track of The Day] Floating Room - Held Open Door

Dernière petit merveille en date venue d'Oregon, voilà Floating Room, projet de Maya Stoner qui fait parler l'indie-rock (aux faux-airs de slow-core parfois) sur les cinq titres de ce 'Tired and True Ep'.

Très sûr de ses chansons, Floating Room les déroule avec une belle facilité, de belles mélodies, de belles guitares, de beaux cuivres pour mieux relever le tout (Dancer), et une production aux petits oignons qui met autant en valeur les guitares que la voix de Maya Stoner. Bref, cet Ep de Floating Room est - très - beau.

Album : Tired and True Ep
Année : 2020
Label : -

Acheter

En écoute dans les playlists Spotify, Deezer, YouTube, Qobuz et dans la colonne de gauche du blog

En plus des playlists Spotify, Deezer, YouTube et Qobuz, Held Open Door de Floating Room est également en écoute ci-dessous :


Autre chanson tirée de ce 'Tired and True Ep' de Floating Room, voilà Warm Death (HIFI) :

lundi 9 novembre 2020

[Track of The Day] Lael Neale - Every Star Shivers in the Dark

Le week-end dernier j'ai enfin pris le temps de regarder le documentaire consacré à Laurel Canyon, ce quartier sur les hauteurs de Los Angeles qui à partir du milieu des années 60 et pendant une petite dizaine d'années aura été le théâtre d'une effervescence musicale - peut-être - sans précédent. Un très bon et beau documentaire où on se rend compte de la profusion des talents qui vivaient au même endroit, chez les uns, chez les autres, de Zappa aux Byrds, de Neil Young à David Crosby et leurs compères Stephen Stills et Graham Nash, de Joni Mitchell aux Papas and The Mamas, en passant par Love ou Jim Morrison et ses Doors (et j'en oublie, forcément).

Est-ce que Lael Neale se serait sentie à son aise à Laurel Canyon ? Ce n'est pas impossible, ne serait-ce qu'en regardant la pochette de ce single et en l’écoutant définir Every Star Shivers in the Dark (sa dernière chanson en date, la première pour Sub Pop) comme « une ode à Los Angeles qui m'a toujours semblé être les faubourgs du Paradis ». Un titre porté tout du long, en plus de la voix de Lael Neale et d'une rythmique discrète, par un orgue qu'on dirait divin. Très belle mise en bouche.

Album : -
Année : 2020
Label : Sub Pop

Acheter

En écoute dans les playlists Spotify, Deezer, YouTube, Qobuz et dans la colonne de gauche du blog

En plus des playlists Spotify, Deezer, YouTube et Qobuz, Every Star Shivers in the Dark de Lael Neale est également en écoute ci-dessous :

 
Le clip d'Every Star Shivers in the Dark de Lael Neale :

 

lundi 2 novembre 2020

[Track of The Day] Son Little - Goddess Wine

Alors oui, il aurait fallu avant tout parler d''Aloha', son album sorti en début d'année. Un disque particulièrement réussi de pop, folk, soul et blues et qui a le bon goût d'avoir une pochette parmi les plus belles de l’année.

Mais vu qu'on en reparlera sans doute dans quelques semaines lorsqu'on fera le bilan - musical - de 2020, préférons évoquer le californien Son Little en nous concentrant sur Goddess Wine, son nouveau single. Une chanson qui tranche avec 'Aloha' autant par sa voix auto-tunée que par la grande langueur qui suinte des riffs de guitare, des notes de synthés et de la rythmique pleine de reverb. Grande et belle chanson de r'n'b cosmique.

Album :
-

Année : 2020
Label : ANTI-

Acheter


En écoute dans les playlists Spotify, Deezer, YouTube, Qobuz et dans la colonne de gauche du blog

En plus des playlists Spotify, Deezer, YouTube et Qobuz, Goddess Wine de Son Little est également en écoute ci-dessous :


Le clip de Goddess Wine de Son Little :

 

Histoire de bien faire les choses, voilà Suffer, chanson extraite d''Aloha', l'album sorti en début d'année par Son Little :

mercredi 28 octobre 2020

[Track of The Day] Gorillaz - Désolé (feat. Fatoumata Diawara)

Client à l'époque du premier mais surtout du second album ('Demon Days'), les Gorillaz de Damon Albarn m'ont depuis plutôt perdu. Difficile de s'y retrouver dans ces suites ininterrompues de featuring plus ou moins bienvenus ou ces albums à l'homogénéité difficile à déceler.

'Song Machine, Season 1 : Strange Timez' a le mérite de ne pas mentir sur la marchandise : ce nouvel album de Gorillaz sera une collection de chansons. Et c'est le cas. Remplis de featuring jusqu'à la lie (au moins un sur chacun des 17 titres, de Beck à ScHoolboy Q, de St. Vincent à JPEGMAFIA en passant par Peter Hook, Unknown Mortal Orchestra ou Georgia) et une nouvelle fois pas tous passionnants loin de là, ce disque ne brille pas non par sa cohérence globale.

Pour autant, il y a quelques belles choses à picorer ici, et notamment du côté des anciens (les chansons avec Robert Smith et Elton John sont surprenamment parmi les meilleures). Mais aussi surtout Désolé, avec la participation de la malienne Fatoumata Diawara. Certes, le morceau est sorti en février dernier, mais je ne le découvre que maintenant et il n'est jamais trop tard pour se rattraper. Car Désolé et une grande chanson pop chantée en anglais, en français et en bambara (une des langues nationales du Mali), que Gorillaz habille joliment d'un rythme léger mais entêtant et d'une mélodie comme d'ailleurs où la voix toujours aussi magnifique de la malienne fait merveille.

Album : Song Machine, Season 1 : Strange Timez
Année : 2020
Label : Parlophone

Acheter


En écoute dans les playlists Spotify, Deezer, YouTube, Qobuz et dans la colonne de gauche du blog


En plus des playlists Spotify, Deezer, YouTube et Qobuz, Désolé de Gorillaz, avec la présence de Fatoumata Diawara, est également en écoute ci-dessous :

 

Le clip de Désolé de Gorillaz d'où il ressort un vrai plaisir partagé entre Fatoumata Diawara et Damon Albarn :

 

 

lundi 26 octobre 2020

The Luxembourg Signal - The Long Now [Shelflife Records/Spinout Nuggets]

Immense découverte de 2017 via le single tonitruant Laura Palmer (accessoirement chanson de l'année dans ces pages), les américains de The Luxembourg Signal continuent leurs aventures discographiques avec un troisième album sorti vendredi dernier, 'The Long Now'. Et ne tortillons pas, il est quelques coudées au-dessus de 'Blue Field', pourtant pas le plus mauvais des disques, loin de là.

Ici, pas de single au-dessus de la mêlée et qu'on pourrait extraire pour la bonne bouche. Plutôt un ensemble ultra-cohérent mêlant dream-pop, indie-rock et shoegaze. Les guitares sur 'The Long Now' sont formidables et surtout le fil d'Ariane du disque. Elles apparaissent discrètement sur la fin de la chanson d'ouverture I Never Want To Leave, pour prendre au fur et à mesure une importance toujours plus grande avant de devenir maitresses des horloges sur la fin, soutenant et déchirant les mélodies de riffs puissants, salvateurs et irrésistibles. Des mélodies d'ailleurs toutes plus belles et mémorables que les autres, chaque chanson faisant mouche à chaque fois et sur lesquelles The Luxembourg Signal apportent de temps à autre un je ne sais quoi d'emo, histoire de leur donner une touche mélancolique.

Porté par une production très réussie, ample comme il faut pour permettre aux chansons de prendre la place dont elles ont besoin, 'The Long Now' est un disque où tout est là où il devrait être. Où les voix de Beth Arzy (revenue, un temps, de son escapade avec Jetstream Pony avec qui elle a sorti le premier album en mai dernier) et Betsy Moyer sont d'une beauté planante. Où les guitares de Johnny Joyner et Kelly Davis se superposent pour mieux enflammer les cœurs. Où la batterie de Brian Espinosa gère le tempo avec perfection, tout en sachant se montrer incisive. Où les nappes de claviers de Ginny Pitchford donnent une ambiance encore plus rêveuse. Et où la basse de Daniel Kumiega soutient l'ensemble.

'The Long Now' est un disque lumineux de la part de The Luxembourg Signal, à l'instar de sa pochette et de son halo de néon - dans la continuité de ses devancières. Un album immédiat et qui tient la distance, aux grands espaces, gorgé de mélodies d'où s'échappent souvent une douce mélancolie, pleine de guitare. (Sortie : 23 octobre 2020)

Plus :
'The Long Now' de The Luxembourg Signal est en écoute sur leur page bandcamp
'The Long Now' de The Luxembourg Signal est à l'achat sur leur page bandcamp
'The Long Now' de The Luxembourg Signal est également en écoute sur Deezer et Spotify (notamment)

Trois morceaux de 'The Long Now' de The Luxembourg Signal en écoute aujourd'hui. The Morning After (également en écoute dans les playlists Spotify, Deezer, Youtube et Qobuz), une chanson qui résume assez bien ce qu'est la musique de The Luxembourg Signal. Puis le pétaradant Ramblin' Rodriguez. Et enfin When All That We Hold Decays, nappée et mélancolique à souhait :





Deux clips de 'The Long Now' de The Luxembourg Signal : Mourning Mourn et 2:22 :

  

 

vendredi 23 octobre 2020

[Track of The Day] Mush - Dead Beat

Dans la série « groupes que j'aurais dû voir sur scène au printemps dernier et puis finalement non, foutue pandémie », voilà Mush, quatuor venue de la perfide Albion et puis précisément de la ville d'adoption de Marcelo Bielsa, Leeds. En février dernier, les Mush sortaient leur premier album '3D Routine', disque tout à fait recommandable de post-punk parcouru par quelques singles d'un fort bon aloi (au premier rang desquels Revising My Fee). Mais plutôt que s'arrêter/capitaliser sur ce premier effort, le quatuor a continué à produire et à sortir des disques : 'Great Artisanal Formats Ep' (pour le Record Store Day en août dernier) et 'Yellow Sticker Hour Ep' (début octobre).

Dead Beat
, la chanson du jour, est extraite de 'Great Artisanal Formats Ep'. Et le ferme d'ailleurs. Une chanson de 2'15" tout juste, vieille composition qui n'a pas su trouver sur son chemin sur '3D Routine' mais qui a pourtant un sacré chien. Post-punk nerveux et très anglais, toujours chanté de cette voix déglinguée et comme sur montagnes russes, avec une production assez crasse pour lui donner un supplément de charme.

Album : Great Artisanal Formats Ep
Année :
2020

Label :
Memphis Industries

Acheter

En écoute dans les playlists Spotify, Deezer, YouTube, Qobuz et dans la colonne de gauche du blog

En plus des playlists Spotify, Deezer, YouTube et Qobuz, Dead Beat de Mush est également en écoute ci-dessous :

Véritable tube de '3D Routine' de Mush sorti en début d'année, voilà Revising My Fee :

 

 

jeudi 22 octobre 2020

[Track of The Day] Oceanator - The Sky Is Falling

Quoique puisse faire croire l'écoute de 'Things I Never Said', Oceanator n'est pas un groupe mais le projet de Elise Okusami, une jeune new-yorkaise, qui fait tout, ou presque. Il n'y a qu'à écouter The Sky Is Falling (en écoute aujourd'hui) pour s'en persuader : une très belle chanson qui commence comme une balade avant que les efforts conjoints des guitare, basse et batterie ne viennent, si ce n'est déclencher les enfers, au moins offrir une formidable raison d'headbanger au ralenti en prenant des décharges de riffs en plein front.

Malgré tout, 'Things I Never Said' est un disque qui (me) laisse plutôt sur sa (ma) faim - la faute à des guitares trop lourdes, un certain manque de variété et surtout de mélodies et chansons fortes. Mais rien que pour The Sky Is Falling et I Would Find You, excellente chanson synthétique et pop, totalement atypique ici, il mérite la découverte.

Album : Things I Never Said
Année : 2020
Label : Big Scary Monsters / Plastic Miracles

Acheter


En écoute dans les playlists Spotify, Deezer, YouTube, Qobuz et dans la colonne de gauche du blog

En plus des playlists Spotify, Deezer, YouTube et Qobuz, The Sky Is Falling d'Oceanator est également en écoute ci-dessous :

Autre chanson extraite de 'Things I Never Said' d'Oceanator, voilà l'excellent I Would Find You