dimanche 30 septembre 2007

[Oldies] Jackson C. Frank – Blues Run The Game (1965)

Il y a des jours comme ça où rien ne va. Où l’on a beau faire, tout se transforme en catastrophe. Où la moindre de nos initiatives se termine invariablement par un échec. Oui, il y a des jours comme ça. Des semaines même. Et puis, il y a des vies comme ça.

Prenons Jackson C. Frank. Né en 1943 à Buffalo. Mort à 56 ans, sans le sou. A peine sauvé de l’oubli de l’histoire de la musique par un jeune fan de folk. Un artiste pétri de talent qui aura connu les affres du mauvais œil : il échappe d’un rien à un incendie dans son école à 11 ans, où 18 de ses camarades trouvent la mort ; son âme-sœur, sa muse Sandy Denny l’abandonne (avant de mourir quelques années plus tard, à 30 ans); sa deuxième femme le quitte lorsque son fils décède alors qu’il n’est qu’un bébé ; il enchaîne les dépressions, connaît les « joies » de l’hôpital psychiatrique, perd l’usage de ses deux jambes et finit infirme et borgne. Bref, le bonheur et la chance réunis en un seul être.

Tout cela ne l’a toutefois pas empêché, le temps de 3h à Londres et avec l’aide de Paul Simon, de signer un des plus beaux disques des années 60 : 'Blues Run The Game'. Peut-être même le plus grand disque de folk des sixties.
Un disque d’une tristesse insondable, à l’image de sa vie et de ce qu’elle allait devenir. Dix titres ébouriffants, portés par une voix, mélange de douceur et de profondeur, assez exceptionnelle. Un album traversé d’histoires d’amour déchirantes et de cœur brisés, de mélodie splendides et de touché de cordes délicat. Tout y est. De l’acabit d’un Dylan. Et même plus tiens, Bob Dylan, pourtant héros de l’auteur de ces lignes, n’ayant jamais sorti un album folk de cette classe là.

Dans les années 90, Jim Habbot, un jeune fan de folk entame une véritable enquête policière pour remettre la main sur Jackson C. Frank, le retrouve, fait sortir de l’oubli ce 'Blues Run The Game' ainsi que cinq titres de 1975, du même niveau que ceux enregistrés dix ans plus tôt (que l’on peut retrouver sur les diverses rééditions qui verront le jour dès 1995).
En 2003, Vincent Gallo ajoute même Mik and Honey, son grand œuvre, au générique de son film The Brown Bunny, assurant par la même à Jackson C. Frank un début de notoriété posthume. Notoriété qui reste toutefois à des années lumière de ce qu’elle devrait être vu la qualité incroyable de cet album.

Car 'Blues Run The Game' est un disque impensable. Qui donne les larmes aux yeux. Qui rend bouche bée. Et ahuri. Un album indispensable aussi pour qui veut comprendre l’histoire de la musique contemporaine. Car Jackson C. Frank, avec ce simple et unique disque qui ne sortira jamais de la communauté folk de l’époque, va inspirer bon nombre d’artiste en devenir. Dont un certain Nick Drake, autre génie malheureux et bouleversé, qui puisera tonnes d’inspirations dans ce répertoire de quinze titres. Un Nick Drake qui finira lui aussi plutôt mal. A croire que l’on paye un certain tribu à s’inspirer de Jackson C. Frank, poissard de talent mais artiste de génie. M’étonnerait pas que l’ami Syd Barret n’ait pas usé jusqu’à la corde cet album là tiens.

Nb: cette chronique n'est finalement pas nécessaire. Une seule lecture concernant Jackson C. Frank vaut le détour. Celle de Raoul-Lachenay, auteur d'un très beau texte sur le bonhomme et sur sa vie, et qui m'aura fait découvrir cet artiste. Cet article se trouve ici, sur Ordet Blog (le blog qu'il faudrait garder s'il ne devait en rester qu'un seul)

Première sortie : 1965 (CBS)
Dernière réédition : 2003 (Sanctuary)

Son :
Myspace (un myspace de fan, évidemment, avec 5 titres en écoute).

Vu qu'on est dimanche et vu la qualité de cet album, trois titres en écoute: Milk and Honey, Don't Look Back et Dialogue. Enjoy!

 

12 commentaires:

Philou a dit…

Cet album est un enchaînement de perles. Un collier quoi.

Reste que son plus beau bijou c'est Milk and Honey, une des plus belles (et tristes) chanson qui soit. Tout simplement.

-Twist- a dit…

Il parait que la version de 'Milk and Honey' par Sandy Denny (à qui il l'avait donné) est très réussie aussi. Qqn confirme?

Pitseleh a dit…

Il va falloir que je trouve cette version.
En tout cas quand on entend la sublime "Day Is Done" de Nick Drake on se rend vite compte que "Milk & Honey" n'est pas tombée dans l'oreille d'un sourd.

-Twist- a dit…

Quand tu la chopes, fais tourner. ^^

Anonyme a dit…

Bonjour,
Je cherche "Blues run the Game" sans parvenir hélas à en trouver un exemplaire...
Possédez-vous ce cd ? Savez-vous comment je pourrais me le procurer ? Je préfère ne pas laisser mon mail sur le blog, vu que tout le monde peut le lire...mais si vous voulez bien me laisser une réponse sur mon myspace, ce serait extrêment gentil de votre part.
www.myspace.com/francedegriessen

-Twist- a dit…

ben il est disponible sur Amazon.fr, à 17€ et des brouettes. ^^

Anonyme a dit…

En fait, dites, puisque vous parlez d'un de mes chanteurs préférés, j'aimerais savoir si quelqu'un connait un moyen d'accéder par un lien ou l'autre site, à l'albume Blues run the game de 43 titres. J'ai acheté légalement le Blues Run The Game (15 titres, le Mooncrest) mais je ne trouve nulle part le reste de mes désirs.

-Twist- a dit…

Comment ca "43 titres"? o_O

Anonyme a dit…

A noter que la chanson "I want to be alone (dialogue)" est au générique du film Electroma des Daft Punk pour une scène magnifique.

-Twist- a dit…

Dans sa version normale, première? Je suis curieux de voir ça tiens.

jp a dit…

"Milk & Honey" de Sandy Denny est présent sur "The Original Sandy Denny", sorti en 1978 qui regroupe ses toutes premières sessions de 1967...je recommande (même si pour ma part je préfère la version de Jackson C. Frank).

J'essaye aussi de chopper cette méga-réédition...il y a 3 inédits de plus que sur le double de 2002 (même session, 1975), et le reste comporte notamment des enregistrements des 90's, et des démos de Jackson à l'âge de 17 ans (son pourri, il paraît)...

-Twist- a dit…

@ Jp: Marrant l'arrivée de ton message. J'ai passé ma journée à mettre à jour les lecteurs grooveshark de toute ma série Oldies. Comme quoi le timing... :)
(moi j'attends une réédition que je puisse choper... en LP).