jeudi 22 janvier 2009

The Pains of Being Pure at Heart – st [Slumberland]

Si l’on met de côté le Animal Collective (ces derniers n’étant pas des nouveaux venus sur la scène actuelle), je mettrais bien quelques piécettes sur The Pains Of Being Pure At Heart pour être la hype de l’année qui s’ouvre. Et pas qu'un peu!

Après MGMT en 2008, encore un groupe de New-York. Et même de Brooklyn. Je ne sais pas ce qu’ils ingurgitent là-bas ces derniers mois, mais il faudrait qu’ils fassent tourner plutôt que tout garder pour eux.

Et pourtant, The Pains Of Being Pure At Heart, qui sort ici son premier album après un Ep en 2007, n'a pas grand chose d'américain. Le quatuor a même tout du groupe, si ce n’est anglais, au moins britannique. La voix de Kip déjà, effacée et discrète, qui rappelle énormément celle d’Hamilton des British Sea Power. Et puis la pochette, qui rappelle, que ce soit via la typo ou l’artwork, Belle and Sebastian.

Mais c’est surtout au niveau du son en lui-même que le groupe a à voir avec la perfide Albion. Car leurs principales influences, The Pains of Being Pure at Heart sont allés les chercher dans les années 80, cette décennie honnie qu’un jour on remettra à sa juste place, c’est à dire largement au-dessus de celle qui lui a succédé.

Tout au long des 35 mns de ce premier album, Alex, Kip, Kurt et Peggy rappellent le shoegaze des Jesus and Mary Chain, les ambiances noisy-pop de My Bloody Valentine et la pop de The Smiths (voire même The Cure par moment). Un tout en un assez délicieux et ravageur, porté par une basse épatante et un souci mélodique qui force au respect.

Ce premier album étale dix titres au format court, d’une pop enlevée et qui rayonne derrière les élans de guitares fuzz et les écrans de distortion. Dix grandes compositions, dix vraies chansons et pas une miette de remplissage.
Alors oui, les esprits chagrins ne manqueront pas de souligner que cela «sonne trop comme». Laissons les parler. Car ce ‘The Pains of Being Pure at Heart’ est une excellente surprise qui devrait marquer l’année qui s’ouvre, un disque parfaitement produit, et un bonheur auditif fascinant. Sans doute le meilleur groupe anglais actuel. (sortie: 3 février 2009)

Son :
Myspace (Quatre titres du premier album des The Pains of Being Pure at Heart en écoute)
Site officiel (Deux titres à télécharger gratuitement)


Pour info, ce disque est en pré-commande chez Insound, au prix ridiculement bas de 11$. (pour la version LP).


En écoute aujourd’hui, deux chansons, comme toujours. L’efficace Young Adult Friction (tube en devenir) et le Smithsien (et ambiguë) This Love Is Fucking Right!, malheureusement plus en écoute.


Pour finir, le clip de
Everything With You, en totale adéquation avec leur musique:

18 commentaires:

Jladisco a dit…

Oui, j'ai écouté l'album et je suis bien d'accord avec tout ce que tu racontes. Excellent disque!

-Twist- a dit…

J'ai hâte de le recevoir là. :p

lyle a dit…

Excellent groupe en effet...

No a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
No a dit…

J'étais en train de mettre Young Adult Friction sur une playlist " Back to the Future of Music" à propos des groupes de 2008 qui sonnent bizaremment comme d'autres plus agés qu'eux quand je suis tombée sur ton post!Américains ils ont tout emprunté aux anglais,ton lapsus est révélateur!
Et encore une preuve qu'on écoute tous les mêmes choses!
Ca m'intéresserait que tu me dises si t'es OK avec ce que j'écris quand je publierai le message. A +

-Twist- a dit…

Ah ben pas de problème, je suis ton blog de toutes façons. Donc je ne le raterai pas. ^^

Claire a dit…

Généralement quand ça ressemble (ne serait-ce que très vaguement) aux Smiths j'suis partante. Ils me plaisent bien. A approfondir.

Et puis, The Pain Of Being Pure At Heart, FALLAIT L'INVENTER

-Twist- a dit…

Oui il fallait l'inventer ce nom. Mais contrairement à des noms assez farfelus et complètement couillons, celui là passe bien (alors qu'il devrait pas).
Quant aux influences, ce disque a un petit peu de Smiths hein. Soyons bien clairs, ce n'est pas l'influence principale.
Non parce qu'après on va dire "oui, Twist est un menteur, toussa". :))

Sonic Eric a dit…

Absolu coup de foudre ! Les Field Mice avaient des enfants cachés! Chouette alors !
Et grand merci pour le lien vers le vinyl!

-Twist- a dit…

Mon exemplaire est parti des US. Je l'attends de pied ferme!

Pitseleh a dit…

Bon, je commence à me demander si on n'a pas été des jumeaux séparés à la naissance. Un petit test ADN s'impose.

-Twist- a dit…

Tu es le frère que je n'ai jamais eu... :part en pleurant sur Speedmarket Avenue:

Anonyme a dit…

Sarah Records !

-Twist- a dit…

C'est à dire?

Thomas a dit…

Effectivement très bon. Et j'aurais adoré trouvé cette chute ^^

-Twist- a dit…

Et moi je pense que je vais aimer l'éclectisme de ton blog. :)

Benjamin F a dit…

Bon je suis juste ultra convaincu par ce disque qui encaisse bien les écoutes successives :

http://www.playlistsociety.fr/2009/05/pains-of-being-pure-at-heart-st-910.html

Perso je l'ai rajouté au tableau des pépites 2009 ;)

-Twist- a dit…

Ah, clairement, au moins chez moi, il sera dans le haut du panier aussi.