mardi 30 juin 2009

[Track of The Day] Dananananaykroyd - The Greater Than Symbol & The Hash

Alors qu'il est pour moi l'heure de prendre quelques jours de vacances bien méritées (?), de redécouvrir les joies de la plage de Trébeurden et du cidre breton, finissons ce mois de juin par un titre d'un groupe au nom imprononçable: Dananananaykroyd.
Un groupe qui avait fait parler de lui avec deux singles détonants et épatant. Attendus au tournant du premier album, les écossais ne déçoivent pas et sortent le disque qu'At The Drive-in, ¡Forward, Russia! et Sonic Youth auraient pu sortir s'ils s'étaient retrouvés dans un studio et si les deux premiers n'avaient pas malheureusement splittés: un concentré d'(post-) hardcore teinté de pop, ou l'inverse. En gros, ça hurle, ça beugle, ça tape dans tous les sens. Mais dieu que c'est bon. Un album des plus délicieux qui soit. Et un des tous meilleurs que j'ai pu écouter cette année.

Album: Hey Everyone
Année: 2009
Label: Best Before


L'ami Lyle en a parlé aussi sur Dans Le Mur du Son. A lire ici!

lundi 29 juin 2009

[Track of The Day] Black Lips - The Drop I Hold

Voilà un groupe complètement cramé, originaire d'Atlanta, dont certains faits d'armes les ont rendu plus célèbre que leur musique. Dernièrement en Inde pour promouvoir leur dernier album '200 Million Thousands', ils ont été à deux doigts de visiter les geôles du pays de Gandhi pour obscénité à l'occasion d'un concert devant une foule déchainée. Car oui, se faire pipi dans la touche ou vomir sur les spectateurs n'était pas du goût des spectateurs ni des promoteurs du spectacle.
Pourtant, les Black Lips méritent d'être écoutés bien plus que pour leur réputation scénique sulfureuse. Leur musique, brinquebalante, entre je m'en foutisme et sérieux des compositions, les rend très attachants. Et encore plus avec leur dernier album, '200 Million Thousand', rock/blues-rock à la production minimale (ils sont derrière les manettes cette fois-ci), au son très vintage début 70s. Un grand disque de n'importe quoi, bizarrement porté par un titre sublime mais en complète rupture avec le reste de l'album: The Drop I Hold.


Album: 200 Million Thousand
Année: 2009
Label: Vice


Et voilà le clip (merci à Philou!)

vendredi 26 juin 2009

[Track of The Day] Michael Jackson - You Rock My World


Parce que cet homme là a énormément apporté à la musique. Parce que cet artiste est l'auteur d'un album flamboyant qui n'a pas pris une ride depuis 26 ans. Parce que cet homme a renversé les codes. Parce qu'il n'a pas eu la vie la plus facile du monde. Parce que Billie Jean, tube or massif. Parce que les Jackson Five. Parce que le moonwalk. Parce que 'Off The Wall'. Parce que son décès est un coup sur la caboche, bien que pour moi, à quelques fulgurances près (comme ce You Rock My World), Michael Jackson était artistiquement mort depuis bien 20 ans. Parce que Panpan va se sentir bien seul. Parce que. RIP.

jeudi 25 juin 2009

[Track of The Day] Noah and The Whale - The First Days of Spring

Leur premier album avait été une petite révélation pour moi. Joyeuse, ambitieuse par moments, particulièrement mélodieuse, la musique de Noah and The Whale s'écoutait toute seule. Et plus souvent qu'à son tour.
Un peu plus d'un an après ce premier album, le combo anglais sera de retour, à la rentrée prochaine - le 31 aout prochain pour être exact. Une bonne nouvelle qui arrive avec un premier titre, The First Days of Spring.
Cette chanson s'avère être aussi le titre de l'album. Un morceau qui tranche avec les productions passées du groupe: lancinant, mélancolique - comme si Noah and The Whale suivait, ou voulait suivre, la voie de The National - le tout avec un côté épique sur la fin. En gros et pour faire court, The First Days of Spring est une chanson superbe. Si le reste de l'album est de ce niveau...

Album: The First Days of Spring
Année: 2009
Label: Cherrytree


The First Days of Spring peut être télécharger gratuitement et légalement ici (pour ne pas sortir de la page, cliquez sur le lien en gardant la touche ctrl appuyée).

mercredi 24 juin 2009

[Track of The Day] Akron/Family - Everyone Is Guilty

Bande de hippies un peu tarée, aimant le folk déjanté et le psychédélisme, les américains d'Akron/Family ont sorti il y a quelques semaines leur dernier album en date, 'Set 'Em Wild, Set 'Em Free'.
Un album qui tire un peu trop la corde sur certains titres, mais qui est au final un joyeux bordel folk assez jouissif, rempli d'idées (le premier titre, en écoute aujourd'hui, Everyone Is Guilty, est une chanson à tiroir incroyable) et qui part dans tous les sens.
Orné d'une pochette évoquant Sly & The Family Stone, rappelant aussi bien Animal Collective, Iron & Wine que Wolf Parade, 'Set 'Em Wild, Set 'Em Free' est un album peut-être trop foutraque pour marquer les esprits durablement, mais assez pour multiplier les écoutes. Idéal disque estival.

Album: Set 'Em Wild, Set 'Em Free
Année: 2009
Label: Dead Oceans



Pour info: Dans Le Mur du Son avait chroniqué récemment ce 'Set 'Em Wild, Set 'Em Free' en chronique croisée. A lire ici!

mardi 23 juin 2009

Broken Records – Until The Earth Begins To Part [4AD]

Certains les appellent déjà les Arcade Fire écossais. D’autres les traiteront de nouveaux Coldplay. Quelques uns n’hésiteront pas à les pourfendre à cause de la voix de Jamie Sutherland qui à tendance à partir bien haut de temps à autres. Peut-être. Sûrement même.

Et pourtant, Broken Records est bien plus que cela. Une des dernières merveilles nées entre les Midlands et la mer du Nord, à Edinburgh, une ville des plus charmantes, que j’avais eu la chance de découvrir à l’automne dernier, sous un soleil magnifique, à peine gâché par un vent revigorant.

Ma rencontre avec le groupe date d’une après-midi où je furetais à droite et à gauche dans tous les magasins de disques que pouvaient compter la belle capitale écossaise, espérant futilement trouver quelques vieilleries bradées, du genre de celle-ci.

C’est une simple affiche de leur dernier single (alors) en date, ‘Lies 7’’’, qui avait attiré mon regard, à la sortie pourtant d’un des plus incroyables vinyls shops qu’il m’a été donné de voir (une salle de 20m² où s’entassaient entre 15 et 20 000 vinyles : je vous laisse imaginer!). Une écoute de la chanson plus tard, je tombais sous le charme.

Depuis cette journée d’octobre 2009, les Broken Records ont passé la deuxième. Après 3 singles (en comptant ‘Lies 7’’’), le groupe a signé – excusez du peu – chez 4AD et vient de sortir, dans un anonymat assez incroyable en France son premier album, ‘Until The Earth Begins To Part’.

Un disque à l’image de ses premiers singles : pop presque baroque par moments mais surtout romantique, enjoué et enlevé, avec un souci particulier attaché aux mélodies, pour la plupart basées sur une mandoline et des cordes omniprésentes.
Broken Records semblent puiser son inspiration aussi bien chez Arcade Fire (If The News Makes You Sad, Don't Watch It, Thoughts On A Picture (In A Paper, January 2009)) que chez Coldplay (Nearly Home ou A Promise, une sorte de Lovers In Japan à l’envers), tout en rappelant les français de Jack The Ripper (If Eilert Loevborg Wrote A Song, It Would Sound Like This, A Good Reason notamment).

Mais au-delà de ces références (plus ou moins) évidentes, il n’en reste pas moins une véritable identité musicale, particulièrement dans cette façon qu’ils ont à fréquemment jouer sur la corde raide du rythme endiablé.

Si au final ‘Until The Earth Begins To Part‘ n’est pas le chef d’oeuvre que j’espérais – mais reste un bel album pop –, les Broken Records prouvent quand même qu’il faudra compter avec eux dans les années à venir. Et démontrent qu’ils forment un groupe dont la musique est à l’image de sa ville d’origine : chaleureuse, ample et décomplexée. (sortie : 1er juin 2009)

Son :
Myspace (4 titres de ce ‘Until The Earth Begins To Part’ en écoute)
Site officiel

Deux titres en écoute, as usual. Nearly Home, le premier titre de ce ‘Until The Earth Begins To Part’ aux premières minutes sublime, et Wolves, à la construction très efficace, malheureusement plus en écoute. Mais est If Eilert Loevborg Wrote A Song, It Would Sound Like This disponible ici.

Et pour finir, le clip de Until The Earth Begins To Part:

lundi 22 juin 2009

[Track of The Day] The Maccabees - No Kind Words

Peut-être était-ce une erreur (je n'en sais toujours rien) mais je ne m'étais pas arrêté en 2007 sur le premier album des Maccabees. Deux ans plus tard, suite à quelques recommandations, je m'attarde sur ce 'Wall of Arms'. Et à dire vrai, j'ai bien fait.
Dans une veine post-punk assez énergique, The Maccabees est un groupe aux guitares toutes voiles dehors, très mélodique, avec un Orlando Weeks - leader vocal - qui possède le même grain de voix que Win Butler, chanteur et tête de proue d'Arcade Fire. Un groupe d'ailleurs que les anglais semblent beaucoup avoir écouté pour composer cet album (un exemple parmi d'autres: Young Lions fait penser à la chanson Neon Bible).
Mais au final, peu importe: ce 'Wall of Arms' est une franche et belle réussite, excellemment produite. The Maccabees ne sont peut-être pas aussi doués que les Bloc Party pour pondre un tube planétaire à la Banquet, mais ils le sont sûrement plus pour composer un album qui tient la route sur 40 mns.

Album: Wall of Arms
Année: 2009
Label: Fiction

vendredi 19 juin 2009

[Track of The Day] Pumuckl - Dehors

Suite à quelques problèmes Groovesharkien, la semaine 'Made in France' aura donc été plus courte que prévue. Pour la finir, justement, un titre d'un des tous prochains albums à être chroniqué dans ces pages.
'L'Anecdotiste'
. Voilà le nom de la nouvelle production musicale de Stéphane Lherault aka Pumuckl, un artiste bizarrement non-signé (!), auteur de disques particulièrement lumineux et aériens, entre électro et pop.
Ce premier album (avant cela, Pumuckl a enchainé quelques Ep ainsi qu'un mini album, sublime, 'Carbone', mais rien de longue durée) contiendra 11 titres, dont 5 nouveaux (certaines des chansons ont déjà été diffusées sur ce blog, mais à l'état de démo la plupart du temps, voir ici).
Et autant vous le dire tout de suite, l'excitation était grande. Elle l'est tout autant après écoute. Mais nous y reviendrons très prochainement. D'ici là, délectons-nous d'un premier titre, Dehors, très belle chanson que l'on qualifiera d'electro-pop, parce qu'il est 1h du matin et parce que je suis un poil feignant en ce vendredi matin.

Vous pouvez commander ce 'L'Anecdotiste', directement auprès de Pumuckl en lui envoyant un mail à l'adresse suivante: sommeil.leger + at + gmail + . + com

Album: L'Anecdotiste
Année: 2009
Label: -


mercredi 17 juin 2009

[Track of The Day] Revolver - Untitled #1

Avec sa pochette clin d'œil à Love, avec son nom évidemment lié au chef d'œuvre des Beatles, Revolver avait d'emblée tout pour me plaire. Et ça n'a pas raté: dès les premiers accords de ce 'Music For a While', je suis tombé sous le charme de la pop classieuse de ces parisiens, bien ancrée dans les 60s.
De beaux arrangements de cordes, une jolie voix avec à peine un soupçon d'accent français, de belles compositions, et un univers entre Elliott Smith et les Fab Four: cet album à tout pour plaire.
Un seul défaut cependant: la production de cet album a un côté un peu lisse, un peu trop propre sur lui pour être honnête. Et cela gâche certains moments. A choisir, les Revolver pourraient vraiment donner plus d'ampleur à leur musique s'ils osaient lâcher la bride.
Cela dit, 'Music For a While' reste un beau premier effort, clairement. Delabel mise beaucoup sur eux semble t-il. Tant mieux. Pour une fois qu'EMI (mais cela marche avec d'autres majors) n'essaie pas de nous survendre un groupe sans talent mais au fort potentiel marketing, on ne va pas s'en plaindre.

Album: Music For a While
Année: 2009
Label: Delabel

mardi 16 juin 2009

[Track of The Day] The Delano Orchestra - The Escape

Deuxième étape de ma semaine 'Made In France'. Après Paris, c'est du côté de Clermont-Ferrand que je m'arrête quelques heures pour vous parler de The Delano Orchestra.
Vous ne le savez peut-être pas mais à côté de Vulcania et du stade Marcel-Michelin sévit un petit label qui vient de sortir ses quatre premier albums: Kütu Folk Records. Et notamment 'Will Anyone Else Leave Me', le second de The Delano Orchestra, groupe dont le leader est fan de Bright Eyes et un des fondateurs du label.
Naviguant entre un folk classieux et une ambiance post-rock ténébreuse, mais rehaussant à chaque fois ses chansons d'un passage de cuivre ou une flopée de cordes, The Delano Orchestra sort là une œuvre de haute volée, certes un poil trop longue à mon goût, mais à la classe épatante, où les frissons sont là en invités privilégiés.
La chanson The Escape aujourd'hui en écoute représente assez bien la tonalité de l'album (même si c'est la chanson la plus longue, est d'assez loin, de ce 'Will Anyone Else Leave Me'): les trois dernières minutes sont d'ailleurs terrifiantes de beauté tant tout est amené avec une grande subtilité.

Album: Will Anyone Else Leave Me
Année: 2009
Label: Kütu Folk

lundi 15 juin 2009

[Track of The Day] Phoenix - Armistice

Je me suis fait la réflexion la semaine dernière quand j'écrivais mon billet sur Toy Fight: les artistes français ont du talent. Et pas qu'un peu. M'est donc venu l'idée de consacrer la semaine qui s'ouvre à des artistes français, anglophiles ou non, confirmés ou pas, histoire de mettre en lumière mes derniers coups de cœur musicaux francophones.
En ce lundi, c'est un groupe qui connait le succès un peu de partout avec son quatrième album, 'Wolfgang Amadeus Phoenix', qui est à l'honneur: Phoenix. Un disque qui prouve que les parisiens ont encore ce don assez incroyable pour écrire des pop-songs des plus accrocheuses (Lisztomania, le premier single, en est l'exemple le plus parfait: une chanson des plus estivales).
Moins réussi que 'United', ce 'Wolfgang Amadeus Phoenix' n'en reste pas moins une jolie réussite; et ce même s'il réutilise les recettes qui ont déjà fait le succès de Phoenix. Armistice, qui ferme la marche et en écoute aujourd'hui, en est une preuve des plus sautillantes.

Album: Wolfgang Amadeus Phoenix
Année: 2009
Label: Cooperative Music



Et en bonus, une vidéo de Lisztomania basée sur le film 'Breakfast Club', un film culte pour beaucoup (mais sur lequel je n'ai jamais personnellement mis les yeux). Un moment de plaisir tout simple. Si vous voulez en savoir plus, n'hésitez pas à vous plongez dans la lecture du très beau papier de Kris consacré à ce clip!



(Pour info, le clip officiel se trouve ici)

jeudi 11 juin 2009

Malcolm Middleton – Waxing Gibbous [Full Time Hobby]

Il y a des artistes dont on attend plein d’angoisse le premier pas de travers, la première vautre. Fébrilement. Car on sait que ça doit arriver un jour ou l’autre. C'est mathématique. Tous y sont passés.

C’est le cas pour moi avec Malcolm Middleton. J’aime tellement ce qu’il a pu faire avec Arab Strap, je suis tellement enthousiaste à l’écoute de ses albums solos que cette peur m’étreint à l’annonce de chaque nouvel album. Et à chaque fois, l’écossais repousse l’échéance avec un talent incroyable.

Car ce n’est pas avec ce ‘Waxing Gibbous’ que l’heure du déclin est arrivée pour Malcolm Middleton. On pensait qu’il allait s’assagir et rester dans la lignée de ‘Sleight of Heart’, album acoustique (ou presque) de haute volée, contenant une merveille de balade (Love Comes in Waves). On le croyait d’autant plus à l’écoute de Carry Me, le premier extrait ayant filtré, douceur pop rappelant un peu Sufjan Stevens (toujours en écoute ici)

Et puis non : Red Travellin' Socks, premier single de ‘Waxing Gibbous’ et qui postule déjà au titre de chanson de l’année, pose un décor rock au rythme endiablé et aux guitares de partout. Enfin «semble poser» serait plus juste. Car ‘Waxing Gibbous’ n’est pas un album rock. C’est un album… disons éclectique, dans la lignée de ‘A Brighter Beat’, capable d’aligner bluettes et balades aux conclusions parfois tonitruantes (Stop Doing Be Good, Box and Knife), morceaux pop enlevés (Shadows, Kiss At The Station) et d'insérer ici et là quelques touches d’électroniques (on dira ça pour simplifier). Le tout toujours empreint de mélancolie, de tristesse et de sinistrose, comme à l'accoutumée.

Et encore une fois, tout est d’une homogénéité folle, avec un tracklisting intelligent et bien pensé. Comme à chaque fois, et en tout cas chez moi, l’ami Malcolm Middleton emporte l’adhésion. Ce mec là est un robinet à mélodies. Ce mec là est un songwriter hors-norme. Ce mec là est surtout bourré de talent: il l’a prouvé pendant plus de dix avec son compère Aidan Moffat. Et il continue de le faire en solo. God Bless Scotland. (sortie : 1 juin 2009)

Pour info, 'Waxing Gibbous' est disponible en édition limitée LP + 7" bonus sur le site de Full Time Hobby, et pour £15 (frais de port compris), ce qui nous fait un petit 17€. Il vous suffit de cliquer ici.


Son :
Myspace (4 chansons de ce ‘Waxing Gibbous’ en écoute)
Site officiel


Parmi les deux titres en écoute, il fallait forcément commencer par Red Travellin' Socks tant il donne une énergie incroyable. Et puis, histoire d'être logique et dans la continuité, Kiss At The Station, chanson qui suit Red Travellin' Socks dans le tracklisting (malheureusement plus en écoute ici. Mais et ).

Et pour finir, l'EPK de ce 'Waxing Gibbous'. Onze minutes avec, notamment, Malcolm Middleton, Aidan Moffat et son accent à couper au couteau, et pleins de jolies chansons. A voir, vraiment:

mercredi 10 juin 2009

[Track of The Day] Toy Fight - Your Own Fireworks

Il y aurait beaucoup de choses à dire sur ce premier album des Toy Fight, 'Peplum'. Que c'est City Slang (!) qui a insisté pour que le groupe se reforme et le sorte. Que c'est un disque fabuleux. Qu'il est bourré de mélodies renversantes. Ou encore qu'il est produit à la perfection (c'est assez incroyable pour ce genre d'albums tant tout est à sa place).
Certes, leur folk-pop-rock (violons, banjo, guitare, cuivres de partout) rappelant les Kings of Convenience (Lisa Box), Noah and The Whale (Where The Avalanches Are) ou bien sûr Belle & Sebastian (High Noon), ne réinvente le genre; mais il n'en a pas la volonté. Certes la mélodie de Tiffany, assez proche de celle du Message personnel de Françoise Hardy, peut être irritante lors des premières écoutes.
Mais au final, ce 'Peplum' des Toy Fight est un délice de chaque seconde des 36 mns qui le composent. Et une preuve éclatante de la belle santé actuelle des artistes français (on y reviendra rapidement), capable comme ici d'en revendre (voire même plus) aux anglo-saxons. Juste fou.

On n'oubliera pas de lire les papiers d'Erwan (ici ou ), de Violette ou de Cécile, bien plus complets.

Album: Peplum
Année: 2009
Label: City Slang

En écoute dans le lecteur à droite.

lundi 8 juin 2009

[Track of The Day] Volcanic Places - Goo

Chose promise, chose due! Je vous parlais il y a quelques jours d'un groupe dont Disso (m')avait dit le plus grand bien (voir ici).
A propos du groupe en question, on ne sait pas grand chose, si ce n'est qu'il s'agit de Volcanic Places et que c'est un side-project de Pistol Disco, groupe suédois aimant le noise plein de drone. Enfin tout cela, on l'imagine. On attend les confirmations, pendant que Disso continue les recherches!
Autant vous le dire tout de suite, Volcanic Places est un groupe qui ne plaira pas à toutes les oreilles. la preuve avec Goo, un des trois titres disponibles du groupe: bruyant, distordu, noisy, il devrait réveiller ou effrayer vos tympans. A vous de voir. En tout cas moi, je suis déjà fan!

Trois titres du groupe (Goo donc mais aussi Motorbike et Saturn) sont à télécharger, gratuitement et légalement, sur le myspace du groupe ici.

Album: -
Année: 2009
Label: -

vendredi 5 juin 2009

[Track of The Day] Ed Harcourt - Girl With The One Track Mind

Dans le grand monde des faiseurs de pop classieuse, un brin baroque, je veux Ed Harcourt. Un artiste qui sait trousser des mélodies comme personne et qui est de retour, avec un nouvel Ep, uniquement disponible en version digitale (en tout cas pour le moment), qui précède un album à venir avant la fin de l'année.
'Russian Roulette Ep' est un disque dans la lignée de ce qu'Ed Harcourt a déjà proposé, toujours porté par le piano, l'instrument favori de l'anglais. Comme sur ses dernières productions, le tout est très beau, avec des arrangements délicieux et délicats (notre homme a toujours un grand arrangeur et il le prouve une nouvelle fois). Il manque juste, comme sur ses albums précédents, une petite étincelle pour rendre le tout sublime.
Néanmoins, ne soyons pas chafouins un vendredi: si aucune des chansons présentes n'arrivent à la cheville de celles présentes sur son premier album 'Here Be Monsters' (un autre chef d'œuvre totalement occulté des années 2000), elles n'en restent pas moins d'un fort bon gabarit. Et prouvent qu'Ed Harcourt a encore bien plus qu'une seule balle dans son barillet.

Album: Russian Roulette Ep
Anneé: 2009
Label: Dovecote

jeudi 4 juin 2009

Crocodiles – Summer of Hate [Fat Possum]

Je ne sais pas encore quels disques on retiendra de cette année 2009 (on attendra décembre prochain pour tirer les premiers bilans), mais une première tendance se dessine vraiment : le retour du shoegaze.

Et si The Pains of Being Pure at Heart a ouvert l’année, Crocodiles fait le printemps avec son premier album, ‘Summer of Hate’. Un duo originaire de San Diego en Californie, qui a beaucoup écouté The Jesus and Mary Chain et My Bloody Valentine, et qui propose en 34 minutes, chrono en main, neuf titres plein de shoegaze, de noisy-pop, voire même post-punk, avec voix très en retrait et synthés vintage.

'Summer of Hate' est un album court et incisif. L’expression est bateau certes, mais elle reflète complètement cet album des Crocodiles. Un disque qui présente bien avec notamment Soft Skull qui a tout pour devenir un tube (et qui en aurait surement été un il y a 25 ans) et qui se termine par un enchaînement de trois titres, culminant sur Young Drugs, chanson de 7 mns très marquées années 80, sorte d’apogée d’un premier album très maîtrisé.

Alors certes, il y a quelques détracteurs de ce groupe sur le net. Notamment à cause de I Wanna Kill, la première chanson de ce ‘Summer of Hate’, qui est pour certains un plagiat de Head On de The Jesus and Mary Chain. Certes. Mais au final, s’il y a quelque chose, le tout est assez peu évident. Et puis quand bien même, qui s’en soucie ? Head On s’inspirait déjà du Age of Consent de New Order, sorti 6 ans plus tôt. (sortie : 28 avril 2009)


Son :
Myspace (4 titres de ‘Summer of Hate’ en écoute)

Aujourd’hui et pour cet album, c’est Summer of Hate puis Young Drugs, sommet du disque, qui sont en écoute. Malheureusement, ce n'est plus le cas ici. Mais Summer of Hate est disponible ici.

mercredi 3 juin 2009

[Track of The Day] Doves - Kingdom of Rust

Voilà un des groupes les plus sous-estimés de sa génération, et notamment en France (où ce disque là a failli ne pas sortir!): Doves, originaire de Wislow, près de Manchester, en Angleterre.
Voilà le combo anglais de retour depuis quelques semaines déjà avec 'Kingdom of Rust'. Un album qui n'atteint la réussite des deux premiers (et notamment 'The Last Broadcast') mais qui remet les choses à leur place après un 'Some Cities' bien décevant.
Produit par Dan Austin (le mec derrière la production du 'Thirst of Romance' de Cherry Ghost), les Doves réussissent sur ce 'Kingdom of Rust' ce qu'ils avaient raté sur le précédent: à créer des titres tout en tension, qui ne sont qu'une montée sans fin, aux mélodies quasi-imparables.
Et si l'on ne trouve pas un titre aussi grand que There Goes The Fear (quoique le titre éponyme, en écoute aujourd'hui, est presque de cet acabit là), 'Kingdom of Rust' contient son lot de petites perles très attachantes et reste de belle facture, à naviguer qu'il est entre pop et rock. Et même la production parfois un peu lourde ne gâche pas le plaisir.

Album: Kingdom of Rust
Année: 2009
Label: Heavenly