jeudi 30 avril 2009

[Track of The Day] Dark Captain Light Captain - Questions

Il était écrit que ce jeudi 30 avril serait une journée à placer sous le signe du beau et de la détente. La mise en ligne d'un titre de Dark Captain Light Captain, groupe londonien arrivé trop tard pour mon top de fin d'année qu'il aurait intégré, s'imposait.
Car le premier album de ces six jeunes gens a un cachet fou. Habile mélange de folk éclairé, pop lumineuse et soupçons d'électronique, ce 'Miracle Kicker' aligne les morceaux subtilement arrangés où pointent une mélancolie incroyable et fait penser à des Kings of Convenience qui auraient donné à leur musique un peu plus d'ampleur.
Pas forcément indispensable certes, mais d'une finesse à couper le souffle, 'Miracle Kicker' est le genre de disque idéal pour s'évader en week-end prolongé et regarder les nuages défiler dans le ciel, la tête plongée dans des herbes hautes. 

Album: Miracle Kicker 
Année: 2008 
Label: LoaF

mercredi 29 avril 2009

[Track of The Day] datA - One in a Million (Club Version)

datA ou le type qui devrait faire parler de lui dans les prochaines semaines. Et pas qu'un peu. Reprenons donc: David Guillon, aka datA, est de retour après un 'Rapture Ep' très réussi l'an passé. De retour pour un quatrième maxi - qui annonce un premier album à venir ('Skywriter', le 25 mai prochain) - datA ne fait pas dans la dentelle. Au programme, une chanson (One in a Million), et trois remixes, tous réussis.
Au-delà du titre original de plus que bon aloi (prenez du funk, du groove voire du disco, et accolez-y «-electro»), c'est surtout la version club qui m'a sauté aux oreilles. Peut-être par son côté ultra-efficace. Ou son piano un peu pupute. Ou pour sa production juste parfaite. Je ne sais pas trop à dire vrai.
Ce que je crois en revanche, c'est que ce One In a Million Club Version vient d'en prendre pour six mois sur les dancefloors, et pas uniquement hexagonaux. On parie que vous danserez là-dessus dans quelques semaines, voire même pendant tout l'été? 

Album: One in a Million Ep 
Année: 2009 
Label: Naïve

Vu que je ne suis pas chien, voilà la version originale de One in a Million, en clip qui plus est:



mardi 28 avril 2009

[Track of The Day] Radio Moscow - 250 Miles

Black Keys + Comets on Fire + esprit de Jimi Hendrix + Led Zeppelin = Radio Moscow. C'est simpliste, réducteur aussi. Mais c'est la synthèse la plus rapide qu'on puisse faire. Radio Moscow donc. Un groupe américain, formé en 2004, élevé au rang de grand groupe par le doigté assez phénoménal de Parker Griggs, tête pensante, riffeuse et chanteuse du trio.
Leur premier album éponyme avait été plutôt remarqué, notamment grâce à la présence du Black Keys Dan Auerback à la production. Leur second et nouveau disque, 'Brain Cycles' devrait enfoncer le clou. Les Radio Moscow gardent leur ligne directrice et continuent dans la même veine, faite de rock, de pédales wah-wah, de psychédélisme, de garage, de riffs dans tous les sens, de solos de batterie déments, le tout relevé par un côté soul très loin d'être désagréable. 250 Miles en écoute aujourd'hui est un bijou du genre, qui démarre tout en douceur, qui respire le blues, et qui se finit dans des déflagrations sonores jubilatoires!
Bref, un deuxième bonheur de galette qui renvoie directement aux années 70. Je sais, c'est cliché, mais c'est comme ça. Et surtout c'est tellement bon... 

Album: Brain Cycles 
Année: 2009 
Label: Alive

lundi 27 avril 2009

[Track of The Day] Sufjan Stevens - Sofia's Song

En juillet prochain, cela fera 4 ans. Quatre longues années d'attente (and still counting) que l'ami Sufjan Stevens aura donné naissance à son chef d'oeuvre 'Come On Feel The Illinoise'. Et depuis, plus rien, ou pas grand chose: un albums de chutes de studio, une compilation de 5 cédés de 'Christmas Songs' (dont trois étaient déjà disponibles sur Internet) puis l'apparition d'un volume 8, quelques nouvelles chansons (Majesty Snowbird entre autres), quelques covers, un travail symphonique pour l'Académie de Musique de Brooklyn (avec pour thème la Brooklyn-Queens Expressway, une des autoroutes de New-York), quelques productions pour des amis (Rosie Thomas, The Welcome Wagon), une reprise du You Are The Blood des Castanets pour 'Dark Was The Night'. Et c'est tout.
En ces temps de disette Sufjanienne, il faudra donc se contenter de ce Sofia's Song, une chanson écrite à l'attention de Sofia Coppola il y a quelques années, alors qu'il était encore à l'université, et qui vient de voir le jour sur Internet. Un titre de même pas 2 mns, jolie bluette tout au banjo, qui aurait fait une belle face-b de 'Seven Swans'.
Bref, rien de bien récent sous le soleil. Mais ces petites douceurs qu'il égrène ici et là, semblent avoir un but: celui de nous faire patienter encore quelques mois. Car, je persiste à croire que 2009 sera l'année du retour fracassant de Sufjan Stevens. J'oserais, je mettrais bien quelques piécettes sur un nouvel album (sur les oiseaux comme il l'avait dit, on aura au moins une version studio de Majesty Snowbird) et un ou deux Eps pour continuer sur projet fou des 50 États. D'ici là, il ne nous reste plus que Sofia's Song pour patienter. Certes, c'est déjà pas mal. 

Album: - 
Année: 2009 (apparition) 
Label: -

vendredi 24 avril 2009

[Track of The Day] Stereolab - Forensic Itch

Finissons la semaine avec un titre qui date de la fin de l'année dernière: Forensic Itch. Un morceau de Stereolab, ce groupe anglais mené par Tim Gane, à la voix française de Lætitia Sadier, paru l'an passé sur la face-b - américaine - du single Spool of Collusion.
Un titre totalement instrumental qui s'inscrit dans la plus pure tradition de Stereolab, avec claviers vintage, pop synthétique et baroque, chatoyante et sucrée, exotique et coooooool.
Et alors que la partie 2 de 'Chemical Cords' (leur dernier album en date) devrait voir le jour sous peu, le groupe annonçait le 2 avril dernier la chose suivante sur son site officiel: «The website will still be updated and disks released but there won't be any new Stereolab product for a while». Après 19 ans de bons et loyaux services et quelques tragédies (la mort de Mary Hansen dans un accident de la route en 2002), on ne saurait leur en vouloir. Il n'empêche, cette nouvelle ne me rend pas particulièrement heureux. Et même si une réédition de tout le back catalogue est prévu... 

Album: Spool of Collusion 7" (Us) 
Année: 2008 
Label: 4AD

jeudi 23 avril 2009

Various Artists - Score! 20 Years of Merge Records: The Covers! [Merge]

Il y a plusieurs façons d’aborder une compilation de reprises: soit on se focalise sur les reprises en elle-même et on compare le tout aux versions originales (voir ici). Soit on prend ça comme un album lambda, rempli de nouvelles compositions, en ne s’attardant que sur les versions qui frappe nos tympans, sans jamais se préoccuper du passé.

Pour parler de ‘Score! 20 Years of Merge Records: The Covers!’, j’ai choisi la seconde solution. Pour deux raisons: la première est que je ne connais pas tous les morceaux repris ici et issus du catalogue de Merge.
La seconde est que certaines versions sont tellement belles qu’il serait de mauvais goût de vouloir les comparer aux versions originales.

Merge a donc vingt ans. Et pour célébrer ça, le label de Caroline du Nord – créé en 1989 par Laura Ballance et Mac McCaughan pour sortir les albums de leur groupe, Superchunk – met les petits plats dans les grands en conviant vingt-deux artistes (tous non-signés chez Merge) à reprendre vingt compositions plus ou moins mythiques du label.

Au programme des réjouissances donc, Bright Eyes qui chante un sublime Papa Was a Rodeo (écrit à la base par The Magnetic Fields) dans un mélange de folk, de country et d'airs hawaïens, The Apples In Stereo se permette le luxe de chiper le temps d’à peine 2 mns un titre des Neutral Milk Hotel, Bill Callahan (Smog) - dont on évoquera plus que très prochainement le nouvel album dans ces pages - se prend pour Vic Chesnutt sur Santa Maria, The New Pornographers évoquent presque les Jam sur Don’t Destroy This Night tandis qu’Okkervil River surprend son monde avec All Your Little Suckers et sa boite à rythme. Ajoutez à cela les présences de Death Cab For Cutie, The Mountain Goats ou encore de Broken Social Scene et vous pouvez vous faire une idée du plateau très intéressant réuni autour de ce ‘Score! 20 Years of Merge Records: The Covers!’.

Cependant, un titre attire en particulier l’attention. Une chanson que Cécile avait déjà évoquée ici. Sauf que contrairement à elle, je trouve ce morceau renversant : The National est encore dans le bon wagon : tout y est, des arrangements à la voix, tout transpire la classe. Mieux, St Vincent, artiste qui ne m’a jamais franchement transcendé, y livre une prestation splendide de tenue, de délicatesse et de discrétion.

Tirée à 7500 exemplaires et aux fonds récoltés reversés à une association caritative, aussi bien rock que pop, folk que country, ‘Score! 20 Years of Merge Records: The Covers!’ est un projet qui tient la route, peut-être pas du niveau de ‘Dark of The Night’ certes, mais qui a quand même sacrément de la gueule sur certains passages. Moi qui avouais ne pas aimer les compilations il y a peu, j’en suis pour mon argent. (sortie: 7 avril 2009)


Tracklisting:
01. Quasi - Beautiful Things [3Ds cover]
02. Les Savy Fav - Precision Auto [Superchunk cover]
03. The Shins - Plenty Is Never Enough [Tenement Halls cover]
04. St. Vincent and the National - Sleep All Summer [Crooked Fingers cover]
05. Broken Social Scene - Complications [The Clean cover]
06. Ryan Adams - Like a Fool [Superchunk cover]
07. Bright Eyes - Papa Was a Rodeo [The Magnetic Fields cover]
08. Lavender Diamond - New Ways of Living [Destroyer cover]
09. The Apples in Stereo - King of Carrot Flowers Pt. 3 [Neutral Milk Hotel cover]
10. Laura Cantrell - Cowboy on the Moon [Lambchop cover]
11. Bill Callahan - Santa Maria [Versus cover]
12. Barbara Manning - Through With People [Portastatic cover]
13. The Mountain Goats - Drug Life [East River Pipe cover]
14. The New Pornographers - Don’t Destroy This Night [The Rock*A*Teens cover]
15. Tracey Thorn and Jens Lekman - Yeah! Oh, Yeah! [The Magnetic Fields cover]
16. The Hive Dwellers - My Noise [Superchunk cover]
17. Ted Leo & the Pharmacists - The Numbered Head [Robert Pollard cover]
18. Okkervil River - All You Little Suckers [East River Pipe cover]
19. Death Cab for Cutie - Kicked In [Superchunk cover]
20. Times New Viking - Neighborhood #1 [Arcade Fire cover]

Nb: Pour commander le disque, c’est ici (site officiel de Merge) ou (entre autres).

Son:
Page officielle (ce ‘Score! 20 Years of Merge Records: The Covers’ y est en écoute intégrale)


Vingt titres au total. Et quatre titres en écoute : le sublime titre de St. Vincent & The National, Sleep All Summer, enchainé avec celui de Broken Social Scene Complications. Puis retour à Conor Oberst et ses Bright Eyes pour Papa Was a Rodéo avant de conclure par la voix majestueuse de Bill Calllahan sur Santa Maria. Enjoy. (malheureusement plus en écoute).

mercredi 22 avril 2009

[Track of The Day] Sonic Youth - Sacred Trixter

Alors qu'ils sont à deux ans de fêter leurs 30 ans de carrière, Sonic Youth ouvrira l'été le 9 juin prochain avec 'The Eternal', son nouvel - et 17è - album et le premier pour Matador.
On sait finalement assez peu de choses sur l'engin, mis à part qu'il a été produit en partie par John Agnello (notamment responsable du son de 'Rather Ripped' en 2006, mais aussi de 'Trees Outside The Academy', l'album solo de Thurston Moore ou du 'Beyond' de Dinosaur Jr), qu'il contiendra 12 chansons et qu'il sera précédé d'un split single avec Beck.
Pour le moment, un seul titre à se mettre sous la dent: Sacred Trixter. Une chanson en téléchargement gratuit et légal sur le site de Matador (clique droit et enregistre sous mon ami), courte, nerveuse, avec la voix de Kim, toujours aussi fascinante. Ce titre promet déjà beaucoup. Vivement début juin! 

Album: The Eternal 
Année: 2009 
Label: Matador

mardi 21 avril 2009

Dominique A – La Matière [Cinq7]

Dominique A, acte II. Il y a deux semaines tout pile, j’écrivais dans ces pages tout l’amour que je pouvais avoir pour Dominique A et son dernier album ‘La Musique’. Je n’avais alors pas encore posé mes oreilles sur ‘La Matière’, une collection de douze titres qui venaient compléter l’édition collector – et limitée – de l’album initial. ‘La Musique’ étant devenu un fidèle compagnon de route depuis 14 jours, et avant de replonger dans des sonorités plus anglo-saxonnes, il fallait donc que je me penche sur cet addendum de 40 mns, qui plus est suite à l’avis presque dithyrambique de l’ami Ska dans les commentaires de ma chronique de ‘La Musique’.

Autant le dire tout de suite, ce bougre avait raison. Car ce ‘La Matière’ n’est pas une disque bonus inutile comme on en voit trop souvent fait de chansons enregistrées en «deux-temps-trois-mouvements hopla je t’embrouille», juste là pour attirer le chaland et lui faire cracher quelques euros de plus.
Non. ‘La Matière’ est en fait un nouveau nouvel album de Dominique A, d’une grande qualité une fois de plus. Notre homme aurait été fort en marketing, il aurait gardé ces 12 morceaux pour les sortir dans un an, prétextant qu’il s’agissait là, par exemple, du deuxième opus d’un triptyque débuté avec ‘La Musique’. Heureusement pour nous, ce n’est pas le cas.

‘La Matière’ est donc une sorte de collection de face-A’ de ‘La Musique’. Douze titres à la noirceur incroyable, toujours menés par une boite à rythme démoniaque, et à l’accent électro (Seul Le Chien en exemple flagrant) plus prononcé que sur son grand frère.
Surtout, en proposant une production froide et travaillée, avec des sons très organiques, on sent que Dominique A a tenté de se rapprocher au plus près du titre ‘La Matière’, comme s’il tentait justement de la sonder.

L’ensemble est très intimiste et d’une extrême homogénéité, le tout respire la prose de Monsieur Ané et si l’ensemble est moins fort que ‘La Musique’, on trouve quand même quelques chansons qui n’y auraient pas dépareillées, notamment ‘Valparaiso’, long effort de six minutes, totalement habité où on retrouve ce murmure qui sied si bien à Dominique A ou Il Ne Dansera Qu'Avec Elle, d'une tristesse infinie...

Bref, et pour faire court, ‘La Matière’ est un addendum du meilleur effet. Le genre d’album-bis qu’on écoutera bien plus d’une fois et qui ne prendra pas la poussière, contrairement à beaucoup d'autres d’éditions collector très fournie mais d’une inutilité latente. Un disque et une œuvre supplémentaire à ajouter au bénéfice de Dominique A, et qui ne fera pas tâche, loin de là, au côté d’un ‘Remué’, d’un ‘Auguri’ ou de ‘La Fossette’. (sortie: 6 avril 2009)

Nb : ce bonus-disc n’est disponible que dans l’édition limitée de ‘La Musique’, que l’on peut se procurer pour une petite quinzaine d’euros ici (et ailleurs aussi). Le produit en lui-même est très beau et répertorie les textes des 24 titres de ce diptyque. Profitez-en, bientôt il sera trop tard.


Son :
Myspace (Malheureusement aucun titre de ‘La Matière’ en écoute, mais toujours 3 de ‘La Musique’)
Site Officiel
Site Officiel (bis)

En écoute, comme toujours deux titres : la beauté froide de Valparaiso et Seul Le Chien, plein de beats (malheureusement plus en écoute).
Et pour finir, son dernier clip en date, celui de Hasta Que El Cuerpo Aguante, titre présent sur ‘La Musique’:


lundi 20 avril 2009

[Track of The Day] Starsailor - Tell Me It's Not Over

Starsailor fait partie de ces groupes en qui ont avait placé quelques espoirs (oh, pas beaucoup, juste quelques uns) et qui nous ont rapidement fait déchanter (dans le même genre, un groupe comme Turin Brakes se pose là).
Starsailor donc. Un premier 'Love is Here' très sympa, qui n'inventait pas la pop mais qui n'en faisait pas de la bouillie, puis deux disques franchement mauvais, Phil Spector ou non (il a produit 2 titres de leur 'Silence is Easy'). Arrive donc 'All The Plans'. Qu'attendre de cet album là? Rien, certainement. La surprise est donc plutôt sympathique. Ce disque est très loin d'être un chef d'œuvre. Il n'est peut-être même pas un bon album.
Sauf que pour la première fois depuis 2001, on trouve enfin chez Starsailor quelques mélodies qui trottent dans la tête et qui, miracle!, y reste. Comme ce Tell Me It's Not Over (qui passe surement déjà à la radio, je n'en sais rien), à la mélodie facile certes (qui a dit "un peu pupute quand même?"), mais efficace. Et en ce jour où le côte du Rhône a un gout de piquette quand le médoc et le pastis sont des grands crus, c'est certes peu mais ça suffit amplement à mon bonheur. 

Album: All The Plans 
Année: 2009 
Label: EMI

jeudi 16 avril 2009

[Track of The Day] Fiction Family - Throw It Away

Les jours se suivent et se ressemblent. Il est en effet encore question d'un side-project aujourd'hui. Celui de Jon Foreman du groupe Switchfoot (inconnu au bataillon) et Sean Watkins de Nickel Creek, très beau groupe d'indie-country déjà évoqué dans ces pages. A savoir Fiction Family.
Leur premier album - éponyme - est sorti à la fin janvier dernier, dans un anonymat total en France. Pourtant il y a quelques morceaux qui méritent plus qu'une attention polie. Alors certes, tout n'est pas une réussite totale: quelques titres en trop, des mélodies qui tombent à plat sans même prendre le temps de décoller. Mais quand même, naviguant dans les eaux calmes de la pop et de l'acoustique, surmonté d'un peu de country (on ne se refait pas), le duo, qui alterne au chant, pond quand même un premier essai réussi, qui se révèle sur quelques chansons sublimes, avec en meneuse de revue, Throw It Away ténébreuse à souhait.

Album: Fiction Family
Année: 2009
Label: ATO

mercredi 15 avril 2009

[Track of The Day] Brakes - Ancient Mysteries

Brillant. Ce groupe est brillant. Projet parallèle de membres d'Electric Soft Parade et de British Sea Power, Brakes est finalement plus que ça, tant la qualité des compositions ne se dément pas années après années.
Après deux albums chez Rough Trade, voilà les anglais débarquer chez Fat Cat, pour un album qui mélange sonorités abrasives (qui rappellent les Pixies) et balades tuantes, entre country et folk .
Un effort une nouvelle fois court (36 minutes, emballé c'est pesé), d'une grande cohérence, cultivant plages de repos bienvenues et grands titres rock nerveux, ce Touchdown n'a pas besoin de vidéo pour être validé.
Histoire de ne pas faire de jaloux, c'est Ancient Mysteries, aux faux-airs de Nada Surf, qui est en écoute aujourd'hui, avec une couche rock sur le dessus, et une plus pop en dessous. Un bon mélange donc, pour une chanson courte, concise et qui va droit au but. 

Album: Touchdown 
Année: 2009 
Label: Fat Cat

lundi 13 avril 2009

[Track of The Day] The Lonely Island - Like a Boss (feat. Seth Rogen)

Pas de titre dans le lecteur Grooveshark en ce jour férié, mais un nouveau clip des fous furieux de The Lonely Island. Le titre est Like a Boss, une chanson on ne peut plus déjantée, présente sur leur 'Incredibad' (chroniqué ici). Le clip l'est tout autant. Enjoy!



 


Album: Incredibad
Label: Universal Republic
Année: 2009

 

The Lonely Island - Like a Boss (feat. Seth Rogen)
 


vendredi 10 avril 2009

[Track of The Day] Thursday - You Were The Cancer

Découverte du jour, bonjour! Thursday vient de m'éclater à la gueule sans crier gare. Et j'en redemande! Combo originaire du New-Jersey, le groupe vient de sortir son cinquième album, 'Common Existence', après un split avec Envy fin 2008.
De retour sur une structure indépendante après un passage dans le monde merveilleux des majors, Thursday sort là un petit bonheur de disque hardcore (tout court ou post), flirtant avec le post-rock de temps à autres (sur la fin de l'album surtout, comme le prouve ce You Were The Cancer en écoute aujourd'hui), efficace comme pas deux, mélodieux juste comme il faut, avec ses passages qui n'inventent pas l'eau chaude et ses parties plus recherchées, le tout produit par Dave Fridmann de Mercury Rev.
'Common Existence' est une grande découverte, un grand coup de pied dans mes oreilles engourdies. Pour ceux qui auraient encore la tête dans le seau en ce vendredi matin, rassurez-vous, ça ne devrait pas durer longtemps. 

Album: Common Existence 
Année: 2009 
Label: Epitath

jeudi 9 avril 2009

[Track of The Day] The Beatles - Lucy In The Sky With Diamonds (Us mono version)

Si l'on ne sait pas encore quel sera l'album de l'année, on peut d'ores et déjà annoncer que l'évènement 2009 sera la réédition complète du catalogue Beatles. ENFIN! Depuis des années, cette histoire était devenue l'arlésienne du monde musical. Et puis finalement...

Au programme des réjouissances donc, le remastering complet du catalogue en version stéréo, avec livret fouillé et tout le toutim ainsi (et c'est là que ça devient intéressant) qu'un remastering mono! Oui, mono!
Il faut savoir que The Beatles ont enregistré tous leurs albums (sauf 'Abbey Road') en mono et pas en stéréo. Pourtant, en 1987, ce sont des versions stéréo qui ont vu le jour. Une aberration finie.

Il y a quelques mois, grâce à un web-ami fan des Fab 4, j'ai découvert les versions mono du 'White Album', de 'Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band', de 'Revolver' et de 'Rubber Soul', compilées par un certain Dr Ebbetts, fou furieux et Beatlesmaniac qui avait tout nettoyé et encodé à partir de vinyles d'époque. Et là, c'est presque comme si j'avais redécouvert l'œuvre de Paul, John, George et Ringo.

Car les différences sont notables: la basse est bien mieux mise en valeur, le son est meilleur, et bizarrement je trouve le groupe plus proche. Surtout, leurs compositions me semblent moins lisses (et je ne m'étais pas fait la remarque avant d'écouter les versions mono) et tout sonne juste.
Sur 'Sgt. Pepper' par exemple, les trois premiers titres sont une mise au point flagrante: le titre éponyme qui ouvre l'album est plus nerveux (la fin du morceau n'est pas avare en riffs comme la version stéréo), A Little Help From My Friends a plus d'effets sur les voix et quant à Lucy In The Sky With Diamond, elle est plus lente dans sa forme originale (et pleine d'effets aussi). Étonnant. Et très intéressant. Bref, une foultitude de petits détails qui, certes, pris un à un ne change pas la face du monde mais sur 40 mns, renverse tout.
Mais surtout et avant tout, l'intérêt de ces versions mono réside dans le fait que que ce sont celles que les Beatles et George Martin ont voulu et ont enregistré. Rien de moins logique au final.

Pour info, ces rééditions verront le jour le 9 septembre prochain. D'ici là, il reste toujours les versions du Dr Ebbetts, comme celle de Lucy In The Sky With Diamond, en écoute aujourd'hui. 

Album: Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band (US Mono version) 
Année: 1967 
Label: Apple

mercredi 8 avril 2009

[Track of The Day] Jason Lytle - Yours Truly, The Commuter

Quand Jason Lytle, le responsable de la confrérie barbue, avait mis fin à l'aventure Grandaddy, je dois avouer ne pas avoir éprouvé grand chose tant 'Sumday' et 'Just Like The Fambly Cat', leur deux derniers albums, étaient d'une mollesse et d'un ennui presque total et m'avaient fait m'éloigner du groupe.
Pourtant, l'arrivée du premier album solo de Jason Lytle (sans barbe) m'émoustillerait presque. Il a déjà prouvé par le passé ses talents de songwriter. 'Yours Truly, The Commuter' arrivera donc le 19 mai prochain chez Anti. Cet album s'ouvrira via le titre éponyme (disponible depuis hier via Itunes), qui n'est rien d'autre qu'une petite mise en bouche très loin d'être désagréable, dans le pur style du monsieur. 

Album: Yours Truly, The Commuter 
Année: 2009 
Label: ANTI-

mardi 7 avril 2009

Dominique A – La Musique [Cinq7]

En ces temps où l’on perd un de nos plus grands artistes français dévoré par un crabe vorace, le retour de Dominique A sur le devant de la scène est une excellente nouvelle. Premièrement parce qu’il n’a jamais déçu, et deuxièmement parce qu’ils sont rares les chanteurs français à posséder une telle écriture pop.

Signé chez Cinq7, Dominique A débarque donc avec le sobrement intitulé ‘La Musique’, un disque aux mélodies incisives et aux textes plus directs que sur ‘L’Horizon’, album flamboyant par ailleurs.

Enregistré à la maison (on ne dirait pas et pourtant!), mené par une boite à rythme tout du long, ‘La Musique’ est un manifeste de pop music, rien de moins. De Le Sens qui ouvre l’album (avec son côté langoureux et la voix de Dominique A sur un fil) à La Fin du Monde (aux premières secondes enregistrées au dictaphone qui le feraient presque passer pour un Piaf au masculin), en passant par Hasta (Que el cuerpo aguante) (dont je ne cesse de me dire au fil des écoutes qu’un texte comme celui-ci aurait été merveilleux dans la bouche de Jacques Brel) ou des titres hargneux comme Je Suis Parti Avec Toi ou Hôtel Congress, tout n’est qu’enchaînement de mélodies travaillées, de rythmes presque effrénées et d’écriture parfaite.

Un titre ressort particulièrement du lot : Immortels. Une de ses plus belles compositions, portées par un texte fort et déchirant. Une chanson sur la perte d’un être aimé, à la manière d’un C’est Dégueulasse de Miossec, d’une pudeur et d’une limpidité rare, et à la mélodie bouleversante.

Ne vous méprenez pas: ‘La Musique’ ne se pose pas là en donneur de leçon, malgré son titre. A aucun moment, Dominique A n’y prétend détenir la vérité sur comment composer une belle chanson. Non, il écrit juste à sa manière, perpétuant ce qu’il s’entête à faire avec beaucoup de bonheur depuis près de 20 ans.
Pourtant, et quoiqu’il en dise, à l’heure actuelle, c’est assurément lui – à quelques exceptions près comme Florent Marchet – qui porte la chanson et la musique française sur ses solides épaules de Nantais. Et, mais on ne vous l’a peut-être jamais dit, comme il semblerait que Dominique A soit immortel, on peut tranquillement voir venir. (sortie : 6 avril 2009)

(Nb: La chronique de 'La Matière', addendum de l'édition limitée de 'La Musique', se trouve ici)

Son :
Myspace (Trois titres de ‘La Musique’ en écoute)
Site Officiel
Site Officiel (bis)

Comment ne pas mettre en ligne Immortels et Nanortalik ? Impossible. J’ai beau tourner le problème dans tous les sens, vouloir vous faire découvrir d’autres chansons (elles le méritent toutes) de cet album, je n’y arrive pas : ces deux titres sont tellement sublimes qu’ils s’imposent d’eux-mêmes (malheureusement, plus en écoute).

Et pour finir, le clip d’Immortels, où Dominique A court, court, court… : 




lundi 6 avril 2009

[Track of The Day] Junior Boys - Parallel Lines

'Begone Dull Care', troisième album des canadiens de Junior Boys est un album atypique dans le sens où il a vu le jour entre les États-Unis et l'Allemagne où chacun des membres a travaillé de son côté, se renvoyant les parties tour à tour.
Une façon de travailler qui s'avère payante tant cet album est une nouvelle réussite, la troisième de suite. 'So This is Goodbye' en 2006 avait déjà mis la barre très haut. Les Junior Boys la sautent et montent d'un cran.
Au programme, toujours cette électro-pop synthétique aux airs eighties, toujours cette touche de romantisme, toujours cette production savamment travaillée, toujours ces ambiances pleines de new-wave toute légère (la voix de Jeremy Greenspan y est pour beaucoup). Bref, un nouveau bel album du duo qui, comme le veut la tradition, n'est pas forcément mémorable à la première écoute mais qui devient vite irritant car rapidement addictif, et donc indispensable. 

Album: Begone Dull Care 
Année: 2009 
Label: Domino

samedi 4 avril 2009

De Twitter à Storytlr: quelques nouvelles geekesques


En ces week-end sans Oldies, un rapide petit message de news pour vous indiquer (et faire un bilan) des quelques gadgets auxquels I Left Without My Hat a succombé.
Ainsi, jusque là, on pouvait tenter de retrouver ce chapeau oublié on ne sait où via:
- Le groupe I Left Without My Hat sur Lastfm
- Myspace


Depuis quelques jours, et suivant je l'avoue la mode bloggesque, on pourra continuer les recherches grâce à deux nouveaux moyens:
- Twitter (le nouveau gadget "Lifestream" qui fait fureur)
- Storytlr (une sorte de twitter, en plus complet et plus joli)

Deux petits sites permettant un suivi plus facile de l'actualité de I Left Without My Hat ainsi que de l'actualité musicale tout court non traitée - par manque de temps ou d'espace - sur le blog.


Autre chose: concernant le lien feedburner rss, il a changé, depuis le rachat de la société par Google. Nous avions donc précédemment celui-ci:
http://feeds.feedburner.com/ILeftWithoutMyHat
Et désormais, c'est celui-là:
http://feeds2.feedburner.com/ILeftWithoutMyHat

Peu de changement certes, le basculement se fait même automatiquement certes-bis, mais il fallait que cela soit dit et précisé afin que ceux qui le souhaitent mettent leurs liens à jour.


Dernière chose: je me dois d'annoncer la création d'un blog plus "culturel" (c'est pompeux je sais) avec quatre autres amis. Au programme, moins de musique (il y en aura toujours un peu) mais surtout plus de bédés, de ciné, de livres ou de billets d'humeur. Pour le moment, Things Go On With Mistakes en est à ses balbutiements et tentent de trouver peu à peu son rythme de croisière.
Mais l'intention et l'idée sont là: faire découvrir, avec un style qui nous est propre, nos coups de cœur, nos déceptions, nos réactions par rapport à l'actualité (ou non) culturelle (ou non).
Tout se trouve donc là:
http://thingsgoonwithmistakes.blogspot.com/

J'en ai fini de mon laïus tri-annuel sur les quelques nouvelles geekesques de ce blog. Et je crois qu'il ne me reste plus qu'à vous souhaiter un bon week-end!

vendredi 3 avril 2009

[Track of The Day] The Veils - Sit Down By The Fire

Voilà un groupe surprenant. The Veils, lors de leur premier album 'The Runaway Found', était un groupe pop pour midinettes, capable de sortir des bluettes pop à l'efficacité sans pareille (Lavinia, au hasard) perdues au milieu d'autres titres très inégaux et vite oubliés.
Devant ce constat d'échec, Finn Andrews, leader et mentor du groupe, avait alors envoyé ses anciens compagnons de route aller voir si l'herbe était plus fraiche du côté de sa Nouvelle-Zélande natale pour appeler à la rescousse de vieux amis.
Résultat? Un 'Nux Vomica' sidérant, d'une classe folle, d'une inspiration sans faille, au piano un brin possédé, aux chœurs au diapason et à l'ambition pop revigorante.
La troisième sortie de The Veils était donc très attendue par votre serviteur. L'ennui qui ressort de ce 'Sun Gangs' est à la hauteur de l'attente: un disque mal foutu, peu inspiré, mélodiquement très pauvre, où quelques élans pop viennent à peine sauver l'ensemble, à l'image de ce Sit Down By The Fire. Une très belle chanson qui n'aurait pas dépareillée sur 'Nux Vomica' (et pas qu'en face-b) et qui s'inspire (assez clairement) du Angel de Robbie Williams. 

Album: Sun Gangs 
Année: 2009 
Label: Rough Trade

jeudi 2 avril 2009

[Track of The Day] Miss Kittin & The Hacker - Suspicious Minds (Elvis Presley cover)

Le duo grenoblois le plus célèbre au monde est de retour! Après avoir vadrouillé en solo chacun de leurs côtés (mais jamais très loin l'un de l'autre), Miss Kittin & The Hacker ont en effet décidé de remettre le couvert... huit ans après un premier 'First Album' qui avait eu le bon gout de les lancer dans le monde merveilleux de l'électro.
Au programme de ce 'Two' (pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple?), onze titres électro d'une très grande qualité, lorgnant ostensiblement vers les années 80 et la new-wave pour un ensemble d'une très grande homogénéité. Un album qui aligne titres dancefloors (l'entêtant Party In My Head), vaporeux et flottant (1000 Dreams) et même reprise osée avec celle de Suspicious Minds d'Elvis Presley, toute de couches sonores vêtues qui se juxtaposent avec bonheur. C'est cette reprise qui est en écoute aujourd'hui. Attention: ce titre là est addictif. Vous êtes prévenus.

(Nb: pas trop le temps d'articles plus fouillés (Oldies ou chronique) ces derniers temps. Mais ça ne saurait tarder de revenir) 

Album: Two 
Année: 2009 
Label: Nobody's Bizzness

mercredi 1 avril 2009

[Track of The Day] Clem Snide - Beard of Bees

Leur 'The End of Love' de 2005 devait être leur dernier album, suite à l'évasion du leader Eef Barzelay, parti chanter ses chansons sous son propre nom. Et puis finalement non.
Clem Snide, groupe confidentiel mais à la discographie de qualité, est donc de retour avec un 'Hungry Bird' très apaisé. Le folk est là, la country un peu moins. Un disque dont on a du mal à situer la qualité au départ, mais dont les écoutes successives confirment qu'il est réussi, même si certains titres auraient mérité de perdre en longueur. Par contre, ce Beard of Bees, d'une simplicité affolante, est très bien comme il est lui. 

Album: Hungry Bird 
Année: 2009 
Label: 429 Records